19.05.2020 à 19:15

PresseL'Illustré sabre dans ses effectifs

Le groupe Ringier Axel Springer Suisse coupe huit postes au sein de la rédaction du magazine «L’Illustré», dont quatre licenciements et quatre départs à la retraite anticipés.

Pour les collaborateurs licenciés, des mesures complémentaires allant au-delà des prescriptions légales sont mises en œuvre, précise l'éditeur.

Pour les collaborateurs licenciés, des mesures complémentaires allant au-delà des prescriptions légales sont mises en œuvre, précise l'éditeur.

Keystone

La rédaction du magazine L'Illustré se réorganise et coupe près d'un quart de ses effectifs en raison d'une forte baisse des recettes publicitaires, a indiqué mardi soir le groupe Ringier Axel Springer Suisse. Elle coupe huit postes, dont quatre licenciements et quatre départs à la retraite anticipés.

«Je regrette profondément que nous devions nous séparer d'un certain nombre de collègues que nous apprécions beaucoup. Une telle décision est particulièrement douloureuse. Nous sommes cependant conscients que cette mesure est inévitable si nous souhaitons préserver l?existence de L'Illustré», a réagi Michel Jeanneret, rédacteur en chef du magazine romand, cité dans un communiqué.

Pour les collaborateurs licenciés, des mesures complémentaires allant au-delà des prescriptions légales sont mises en œuvre, précise pour sa part l'éditeur. Désormais, une rédaction de 23 personnes constituera le cœur journalistique de L'Illustré, précise-t-il. Elle sera soutenue par un pool de collaborateurs indépendants renforcé, appelé de façon ciblée selon les besoins.

Plus de 50% de baisse publicitaire

«Avec l'équipe ainsi restructurée et un recours plus fréquent aux indépendants en Suisse romande, nous mettrons tout en œuvre pour rester ce que nous sommes pour notre lectorat depuis 99 ans», affirme encore Michel Jeanneret.

Depuis plusieurs années, la baisse des recettes publicitaires soumet le marché des journaux et des magazines à une pression très forte, rappelle l'éditeur. L'Illustré est aussi confronté à cette évolution depuis cinq ans environ et les conséquences économiques de la crise du coronavirus sont venues aggraver la situation, explique-t-il.

«L'Illustré possède une place bien établie sur le marché en Suisse romande. Son lectorat s'est même étoffé en 2019 et il est toujours très apprécié du public. Cependant, nous devons établir de nouvelles bases pour l'avenir du titre, car les recettes publicitaires ont diminué de plus de 50% au cours des six dernières années», justifie de son côté Alexander Theobald, CEO de Ringier Axel Springer Suisse.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!