Cyclone en Australie: «L'impression d'être sous un train de marchandises»

Actualisé

Cyclone en Australie«L'impression d'être sous un train de marchandises»

Le «monstre» Debbie, le plus violent cyclone à toucher l'Australie depuis 2011, a frappé le pays de plein fouet mardi.

1 / 27
Deux femmes sont décédées lorsque le cyclone Debbie a balayé le Queensland.

Deux femmes sont décédées lorsque le cyclone Debbie a balayé le Queensland.

AFP
Un requin-bouledogue a été retrouvé sur la route après le passage du cyclone Debbie (31 mars 2017).

Un requin-bouledogue a été retrouvé sur la route après le passage du cyclone Debbie (31 mars 2017).

Twitter
Les autorités australiennes ont mis en garde la population contre les risques de tomber nez à nez sur des animaux sauvages, suite aux graves inondations. Jeudi, un énorme requin-bouledogue s'est échoué sur une route. (31 mars 2017)

Les autorités australiennes ont mis en garde la population contre les risques de tomber nez à nez sur des animaux sauvages, suite aux graves inondations. Jeudi, un énorme requin-bouledogue s'est échoué sur une route. (31 mars 2017)

AFP

Le cyclone Debbie a frappé le nord-est de l'Australie mardi, avec des vents dépassant les 260 km/h. Il a provoqué d'importants dégâts matériels dans des stations balnéaires proches de la Grande barrière de corail.

Debbie a été placé dans la nuit dans la catégorie 4, sur une échelle s'élevant au maximum à 5, à l'approche des côtes de l'Etat du Queensland. Il a ensuite été dégradé en catégorie 2. Il s'agit néanmoins du plus violent cyclone à toucher le pays depuis l'ouragan Yasi en 2011, a déclaré la Première ministre du Queensland, Annastacia Palaszczuk.

Plusieurs îles au large de l'Etat du Queensland, prisées des touristes étrangers car proches de certains sites de la Grande barrière de corail, ont été les premières touchées par la tempête qui a été accompagnée de rafales à 270 km/h. La progression de Debbie a ralenti durant la nuit et il a touché les côtes entre les villes d'Airlie Beach et Bowen en début d'après-midi.

Au moins un blessé

«On a eu l'impression toute la nuit d'être sous un train de marchandises, le vent faisait trembler le bâtiment», a raconté à l'Australian Broadcasting Corporation Cameron Berkman, en vacances sur Hayman Island, dans le nord de l'archipel des Îles Whitsunday.

Des arbres et des poteaux électriques ont été arrachés dans plusieurs localités côtières. Les jetées de la marina d'Airlie Beach, principal port de départ vers les Whitsunday, ont été endommagées, selon des images de la chaîne de télévision Nine Network.

Ian Stewart, de la police de l'Etat, a estimé qu'il y avait «certainement des dégâts structurels», et au moins une personne grièvement blessée par l'effondrement d'un mur.

Cyclone Debbie: The Pioneer River, in Mackay, is already breaching its banks. Latest: https://t.co/Y9EvGp1eUM#TCDebbie#7Newspic.twitter.com/QI1KBxqUqr— 7 News Queensland (@7NewsQueensland) 28 mars 2017

Évaluation annoncée

L'agence météorologique australienne, qui prévoit 50 centimètres de précipitations, a exhorté les habitants à rester à l'abri jusqu'à nouvel ordre. «Ne vous aventurez pas dehors si vous êtes dans l'œil du cyclone car des vents destructeurs peuvent se remettre n'importe quand à souffler dans une autre direction», a-t-elle dit.

La Première ministre du Queensland a qualifié la tempête de «monstre» qui durerait des heures. Près de 50'000 foyers étaient privés d'électricité.

Les intempéries empêchent les services d'urgence de faire une évaluation complète de la situation qui pourrait ne pas intervenir avant mercredi matin. Les services du gouvernement fédéral se tiennent prêts à fournir une aide au Queensland.

Évacuations

Quelque 3500 personnes ont été évacuées des villes de Home Hill et Proserpine, à une centaine de km au sud de la ville touristique de Townsville, un point de départ d'excursions sur la Grande barrière de corail. Environ 2000 autres résidant sur la zone côtière centrale de Bowen ont également été évacués.

Quelque 25'000 habitants des parties les plus basses de Mackay, plus au sud, ont été incités à s'abriter en hauteur par crainte de vagues pouvant atteindre plus de deux mètres.

(AFP)

Ton opinion