Actualisé 25.07.2012 à 18:23

SinistreL' incendie en Espagne est maîtrisé

La Catalogne est soulagée: l'incendie meurtrier qui ravageait la région depuis dimanche est sous sontrôle. Les pompiers éteignent les derniers foyers.

1 / 18
Début août 2012, le feu a fait des ravages dans le parc de Garajonay aux Iles Canaries.

Début août 2012, le feu a fait des ravages dans le parc de Garajonay aux Iles Canaries.

AFP
LA ville d'Igualero, située à l'intérieur du parc Garajonay.

LA ville d'Igualero, située à l'intérieur du parc Garajonay.

AFP
Le gigantesque feu a fait quatre morts et ravagé 14'000 hectares de végétation, laissant derrière lui des paysages de désolation.

Le gigantesque feu a fait quatre morts et ravagé 14'000 hectares de végétation, laissant derrière lui des paysages de désolation.

Keystone

La Catalogne soulagée reprenait vie mercredi après l’incendie meurtrier qui a transformé en cendres des milliers d’hectares de végétation. Les pompiers travaillaient à l’extinction des derniers foyers.

Le long de la route entre Boadella et Pont de Molins, qui traverse cette région de l’Alt Emporda, dans le nord-est de l’Espagne près de la frontière française, alternent des montagnes lunaires et de petites zones préservées.

Là, au bord de la rivière La Muga, des étendues vertes feraient presque oublier l’incendie. Mais quelques dizaines de mètres plus haut, le paysage est calciné et dans le ciel, à l’approche de Boadella, les bombardiers d’eau ont repris leurs rotations.

Phase de contrôle

C’est là, dans la partie ouest de l’incendie, que les pompiers concentrent désormais leurs efforts, pour éteindre définitivement les derniers foyers. «La situation s’est très nettement améliorée, c’est pourquoi les effectifs ont été réduits. Ils travaillent actuellement sur le dernier foyer qui a brûlé, entre Terrades et Boadella», a expliqué mercredi une porte-parole des pompiers.

Mardi soir, le feu a enfin été déclaré en «phase de contrôle», après avoir tué quatre personnes et brûlé 14’000 hectares de végétation. Six blessés étaient toujours hospitalisés mercredi.

L’incendie s’était déclenché dimanche près de la frontière, probablement provoqué par des mégots jetés à terre, selon les autorités catalanes. Poussé par une violente tramontane, soufflant du nord-ouest à 90 km/h, un torrent de feu avait alors déferlé sur l’Alt Emporda, avant une accalmie à partir de lundi, à la faveur d’un vent moins fort et d’un air plus humide.

Dès mardi, les flammes avaient disparu et seule de la fumée s’élevait dans le ciel. Pendant trois jours, 1500 personnes - pompiers, policiers, militaires, gardes forestiers et volontaires - ont lutté sans relâche, appuyés par des dizaines d’avions et d’hélicoptères espagnols et français.

Habitants et vacanciers évacués

A l’arrivée des flammes, des centaines d’habitants et de vacanciers dans des campings ont été évacués, pendant que les autorités catalanes demandaient aux habitants de 17 villages de rester confinés chez eux.

A Pont de Molins, Jordi Novel, le patron du Cafe del Pont, âgé de 53 ans, a recueilli une cinquantaine de personnes dimanche, entre 16h00 et 02h00 du matin, principalement venues du petit village de Molin. Une soirée très tendue, raconte-t-il. Les femmes et les enfants pleuraient.

«Comment sera la vie maintenant? Pour la majorité, ce sera comme avant, mais il y a aussi des cas très graves. Nous traversons une grave crise. Cela va être compliqué pour les subventions. L’administration n’a pas d’argent. Où trouver l’argent?», s’inquiète Jordi.

«La vie continue»

«La vie continue, la vie normale», assure cependant Frederico Barcalogre, 36 ans, au côté de son amie, Maria Dolores, 43 ans, qui promène son berger allemand le long de la rivière.

«La vie continue», répète Antonio Herder, qui a presque tout perdu dans l’incendie: son camping de sept hectares et ses 70 bungalows dans le village de Capmany, à quinze kilomètres du départ du feu. Il ne cède pas à l’abattement. «Nous devons tout relancer», dit-il, en espérant «pouvoir ouvrir à nouveau en septembre».

Un objectif qui paraît impossible au vu de ce paysage de désolation. Tordus par le feu, des voitures, des armatures de caravanes, des restes de meubles, de cuisines, de machines à laver, même des bonbonnes de butane, jonchent le terrain.

Nombreux feux

A Pont de Molins, le village est resté vert, en contrebas de collines qui ont brûlé. En revanche, sur les bords de l’autoroute qui remonte vers le nord et la frontière française, pas un seul signe de vie. A perte de vue, s’étalent un sol noir recouvert de cendres et les collines parsemées de squelettes d’arbres carbonisés.

Les incendies de forêt et de broussailles sont particulièrement nombreux cette année en Espagne, où l’hiver a été le plus sec depuis environ 70 ans. Le plus dévastateur à ce jour a détruit début juillet 50’000 hectares dans la région de Valence (est).

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!