Delémont: «L'incendie est d'origine criminelle»

Publié

Delémont«L'incendie est d'origine criminelle»

L'exilé afghan de 33 ans retrouvé mort dans son appartement incendié est décédé «notamment après avoir reçu plusieurs coups violents de massette sur la tête».

par
Vincent Donzé
Police jurasienne

«Les investigations effectuées ont permis d'établir qu'il s'agit d'un meurtre doublé d'un incendie intentionnel», a annoncé ce matin la procureur jurassienne Geneviève Bugnon. L'exilé afghan de 33 ans retrouvé mort dans son appartement incendié est décédé «notamment après avoir reçu plusieurs coups violents de massette sur la tête», précise la procureure.

L'incendie s'est déclaré après que le gaz de la cuisinière ait été ouvert, qu'un produit inflammable ait été déversé dans la cuisine et sur le sol du corridor de l'appartement et qu'on y ait bouté le feu. «Il est donc d'origine criminelle», insiste Geneviève Bugnon. Les investigations techniques permettent d'affirmer que la cuisinière à gaz n'est pas la cause de l'incendie.

Une personne a été arrêtée et placée en détention préventive. Elle a reconnu les faits. L'enquête se poursuit afin de déterminer les motifs précis de ce meurtre.

Le meurtre a été commis au second étage d'un immeuble locatif à trois niveaux. Le corps sans vie du réfugié a été retrouvé dans les décombres et deux jeunes enfants ont pu être sauvés in extremis de ce logement en feu.

Dimanche dernier, un hommage silencieux a été rendu à Ali devant la gare de Delémont, à l'occasion d'un Cercle pour la paix. La famille touchée était arrivée en Suisse en 2011, mais elle n'habitait l'immeuble géré par une société zurichoise que depuis l'an dernier. Depuis leur sortie de l'hôpital, la maman et ses enfants de 7, 9 et 12 ans sont hébergés par des proches, à Bienne.

Ali, un exilé afghan de 33 ans, père de trois enfants, avait fui la guerre. La communauté afghane avait déjà été frappée par une tragédie survenue dans la région en 2016, lorsqu'un enfant de quatre ans avait perdu la vie en tombant dans un canal, à Vicques.

Ton opinion