Crise: L'indemnisation pour chômage partiel étendue à 18 mois

Publié

CriseL'indemnisation pour chômage partiel étendue à 18 mois

Afin d'éviter une nouvelle hausse des demandeurs d'emploi, le Conseil fédéral a décidé de prolonger la durée du recours au chômage partiel pour les entreprises.

Les charges de l'assurance chômage ont explosé durant la crise du coronavirus.

Les charges de l'assurance chômage ont explosé durant la crise du coronavirus.

Keystone

Les entreprises pourront mettre leurs employés au chômage partiel durant 18 mois au lieu de douze. Le Conseil fédéral a prolongé mercredi la durée d'indemnisation. Il espère éviter une nouvelle augmentation du chômage.

Le Conseil fédéral a également prévu un délai d'attente d'un jour à charge de l'employeur et rétabli la prise en considération des heures supplémentaires préalablement au recours au chômage partiel. Les nouvelles règles s'appliqueront du 1er septembre au 31 décembre 2021.

Elles équivalent à un retour au régime normal de la réduction de l'horaire de travail tel qu'il était appliqué jusqu'au 1er mars. Jusqu'à la fin août, les entreprises peuvent requérir des indemnités de chômage partiel durant 12 mois au maximum sur deux ans.

Renflouer les caisses

Le Conseil fédéral veut également renflouer l'assurance chômage fortement affectée par la pandémie de coronavirus par plusieurs milliards de francs. Il met pour ce faire en consultation une révision de la loi en procédure accélérée.

Les charges de l'assurance ont explosé durant la crise du coronavirus, atteignant des niveaux sans précédent. Depuis avril, plus de 190 000 entreprises ont déposé des demandes de réduction de l'horaire de travail pour quelque 1,9 million de collaborateurs, soit environ 36 % des salariés en Suisse.

Selon la règle du frein à l'endettement, les cotisations salariales devraient être augmentées dans une mesure allant jusqu'à 0,3% dès que l'endettement atteint 8 milliards de francs. Afin d'éviter une telle hausse, le Parlement a débloqué un crédit supplémentaire d'au plus 14,2 milliards lors de sa session d'été. Ce financement additionnel nécessite une adaptation du cadre légal.

(ATS)

Ton opinion