Publié

EbolaL'infirmière contaminée «est surtout restée chez elle»

L'aide-soignante touchée par le virus Ebola en Espagne «est surtout restée chez elle» à Madrid après avoir ressenti les premiers symptômes et affirme avoir respecté le protocole, selon deux entretiens avec elle et son mari.

1 / 112
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Keystone
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Keystone
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

AFP

Mercredi 8 octobre, son mari, Javier selon la presse, explique dans les pages du journal El Mundo que cette dernière est «surtout» restée «à la maison» la semaine dernière, lorsqu'elle était devenue contagieuse puisqu'elle ressentait déjà les symptômes du virus.

Le même journal est parvenu à joindre par téléphone l'aide-soignante, Teresa, dont les médias espagnols révélaient tous l'identité complète mercredi malgré sa volonté de rester anonyme, pour une courte conversation dans laquelle Teresa explique, la voix très fatiguée, se sentir «mieux».

«Je vais un petit peu mieux, oui», ajoute-t-elle.

Interrogée par le journaliste sur la façon dont elle a pu contracter le virus, cette dernière répond: «Je ne saurais pas le dire, je n'en ai aucune idée».

Elle avait soigné deux missionnaires touchés par le virus

L'aide-soignante faisait partie de l'équipe qui a soigné deux missionnaires espagnols, touchés par le virus, rapatriés respectivement du Liberia et de Sierra Leone puis décédés le 12 août et le 25 septembre.

Au journaliste d'El Mundo qui lui demande si elle a «bien respecté le protocole», elle répond «moi, oui». «Avez-vous fait quelque chose d'étrange? Etiez-vous inquiète» en sortant de la chambre des malades?«, poursuit-il: »Non«, répond l'aide-soignante avant de mettre fin à la conversation, expliquant que parler la fatigue.

Son mari, hospitalisé depuis mardi par précaution dans le même hôpital Carlos III de Madrid que l'aide-soignante, affirmait au journal se »sentir parfaitement bien«.

Le journal conservateur ABC rapporte cependant de son côté que la malade a été plusieurs heures dans la salle d'attente du service des urgences d'un hôpital d'Alcorcon où elle s'est rendue avant d'être admise à Carlos III, l'hôpital où sont traités les personnes atteintes par le virus Ebola.

(AFP)

Votre opinion