Actualisé 19.10.2014 à 23:07

ÉpidémieL'infirmière espagnole n'a plus le virus Ebola

L'aide-soignante de Madrid contaminée par Ebola n'a plus le virus. Le test pratiqué dimanche «est négatif».

1 / 112
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Keystone
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Keystone
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

AFP

L'aide-soignante espagnole qui avait été la première personne contaminée par Ebola hors d'Afrique n'a plus de charge virale, selon le résultat d'un test pratiqué ce dimanche 19 octobre, a annoncé le gouvernement espagnol.

Le résultat du test pratiqué à Teresa Romero, 44 ans, qui avait été hospitalisée le 6 octobreà l'hôpital Carlos III de Madrid, «est négatif», a indiqué le Comité interministériel chargé du suivi du virus en Espagne.

Elle sera soumise à un nouveau test «dans les prochaines heures», précise le Comité, qui ajoute que «l'état de santé de la patiente (...) connait une évolution favorable».

Epoux «très heureux»

«Je suis très heureux aujourd'hui parce qu'on peut dire que Teresa a vaincu la maladie», a déclaré son époux, Javier Limon, dans une vidéo amateur filmée dans la chambre d'hôpital où il est gardé en observation et distribuée aux médias.

Comme lui, 14 autres personnes ayant côtoyé Teresa Romero ont été hospitalisées par précaution à l'hôpital Carlos III. Aucune d'entre elles ne présentait «de symptômes» dimanche, selon le Comité.

«Ses résultats sont négatifs. (...) On s'est mises à pleurer, à rire toutes les deux», a témoigné une amie de l'aide-soignante, Teresa Mesa, devant les médias rassemblés aux portes de l'hôpital, après avoir pu la joindre par téléphone.

«Elle a très envie de sortir. (...) Elle se lève déjà et mange presque de tout», a-t-elle ajouté avant de confier que Teresa Romero, qui a lutté pour sa survie lors des premiers jours de son hospitalisation, lui avait également dit: «J'ai failli partir».

Première personne touchée hors d'Afrique

Teresa Romero, aide-soignante qui travaille habituellement dans le même hôpital Carlos III où elle est soignée, est devenue le 6 octobre la première personne touchée par le virus Ebola hors d'Afrique.

Elle avait développé les premiers symptômes le 29 septembre, après avoir soigné deux religieux atteints de la fièvre hémorragique Ebola qui avaient été rapatriés respectivement le 8 août et le 22 septembre et qui sont décédés quelques jours plus tard.

C'est apparemment auprès du second missionnaire, rapatrié de Sierra Leone et décédé le 25 septembre, que Teresa Romero a été contaminée.

21 jours d'attente

Au total, une cinquantaine de membres du personnel soignant s'occupe de la malade espagnole. Il faudra désormais attendre 21 jours, la période d'incubation, pour être certain que personne n'a été contaminé pendant son hospitalisation.

Les résultats des deuxièmes tests de deux autres cas suspects, une personne ayant côtoyé Teresa Romero et un voyageur en provenance du Nigeria qui avait développé de la fièvre jeudi dans un vol Air France de Paris à Madrid, «sont négatifs», selon le Comité interministériel.

La transmission du virus Ebola

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!