Publié

VotationL'initiative des familles est-elle contre les femmes?

Le texte de l'UDC en votation le 24 novembre pose la question des femmes dans la société. Faut-il encourager le travail domestique au détriment de l'égalité? Réponses de femmes politiques.

par
Patrick Chuard
Berne
1 / 6
Maria Bernasconi, conseillère nationale (PS/GE): «Ce texte est inquiétant. Il est clairement contre les femmes. L'UDC défend un modèle de famille du siècle passé. Ils veulent faire revenir les femme à la maison. Quand on pense aux discriminations dont les femmes sont encore victimes, cette offensive réactionnaire et patriarcale est inacceptable. Ensuite elle n'apportera rien aux familles les moins favorisées, au contraire.»

Maria Bernasconi, conseillère nationale (PS/GE): «Ce texte est inquiétant. Il est clairement contre les femmes. L'UDC défend un modèle de famille du siècle passé. Ils veulent faire revenir les femme à la maison. Quand on pense aux discriminations dont les femmes sont encore victimes, cette offensive réactionnaire et patriarcale est inacceptable. Ensuite elle n'apportera rien aux familles les moins favorisées, au contraire.»

Keystone
Céline Amaudruz, conseillère nationale (UDC/GE): «Le féminisme n'est pas la question posée par cette initiative. Cela n'a rien à voir. La preuve: dans l'énoncé on parle de parents sans préciser s'il s'agit de la femme ou de l'homme. Je suis pour développer l'offre des crèches afin de permettre aux femmes de travailler. Et je suis consciente que les femmes doivent en faire davantage que les hommes pour s'imposer dans le milieu professionnel. Mais ce n'est pas le sujet de cette initiative.»

Céline Amaudruz, conseillère nationale (UDC/GE): «Le féminisme n'est pas la question posée par cette initiative. Cela n'a rien à voir. La preuve: dans l'énoncé on parle de parents sans préciser s'il s'agit de la femme ou de l'homme. Je suis pour développer l'offre des crèches afin de permettre aux femmes de travailler. Et je suis consciente que les femmes doivent en faire davantage que les hommes pour s'imposer dans le milieu professionnel. Mais ce n'est pas le sujet de cette initiative.»

Keystone
Claudine Esseiva, secrétaire des femmes libérales-radicales: «Deux modèles de famille s'affrontent dans cette votation. Je voix des mères au foyer témoigner dans la presse pour dire que c'est formidable de s'occuper de ses enfants... Mais ce n'est pas le sujet! Tous les choix sont honorables, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises familles, ma mère avait fait le choix de rester à la maison et moi je ferai le choix de continuer à travailler. Mais on ne peut pas défiscaliser un revenu qui n'existe pas.»

Claudine Esseiva, secrétaire des femmes libérales-radicales: «Deux modèles de famille s'affrontent dans cette votation. Je voix des mères au foyer témoigner dans la presse pour dire que c'est formidable de s'occuper de ses enfants... Mais ce n'est pas le sujet! Tous les choix sont honorables, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises familles, ma mère avait fait le choix de rester à la maison et moi je ferai le choix de continuer à travailler. Mais on ne peut pas défiscaliser un revenu qui n'existe pas.»

Keystone

Les femmes à la maison? L'initiative pour les familles qui sera votée le 24 novembre pourrait encourager des personnes à cesser leur activité professionnelle.

Votre opinion