Actualisé 09.02.2014 à 16:16

L'initiative sur l'avortement largement rejetée

Remboursement

Le résultat est clair pour l'initiative «Financer l'avortement est une affaire privée». Elle a été rejetée par environ 70% des voix.

par
ats

Les interruptions volontaires de grossesse (IVG) continueront d'être remboursées par l'assurance maladie. L'initiative lancée par les milieux anti-avortement pour supprimer cette couverture a été refusée dimanche. La majorité des cantons l'a repoussée.

Le non à l'initiative «financer l'avortement est une affaire privée» illustre que le peuple tient au principe de solidarité sur lequel repose l'assurance maladie, estiment les initiants. Selon le comité qui a lancé ce texte, avec un refus aussi net, l'abolition de l'avortement est un sujet clos.

La question de conscience marque la limite de cette solidarité et «il n'y a pas encore de solution à ce niveau-là», estime sa coprésidente Elvira Bader.

«Les économies, un argument pas suffisant»

«Si nous n'avons pas réussi cette fois-ci à supprimer l'avortement du catalogue de prestations de l'assurance maladie obligatoire, cela ne sera pas non plus possible pour les autres thèmes», juge-t-elle.

Et Elvira Bader d'expliquer: l'avortement donne le droit de mettre un terme à la vie, alors que dans le cadre de maladies provoquées par la fumée ou le surpoids il s'agit de sauver des vies.

C'est la raison pour laquelle ce type de prestations ne risque pas d'être supprimé à long terme, conclut l'ancienne conseillère nationale (PDC/SO). C'est un premier petit pas «que nous souhaitions faire dans cette direction».

Les économies qui auraient pu être dégagées n'ont pas été un argument suffisant non plus, a-t-elle encore jugé. Celles-ci s'élèveraient entre 8 et 20 millions de francs par année, selon le comité.

Texte mal compris

Pour Valérie Kasteler-Budde, coprésidente du comité d'initiative et coprésidente du Parti évangélique genevois, le peuple a mal compris le sens de cette initiative.

«Les gens ont pensé qu'on s'attaquait aux femmes, or l'idée était plutôt de responsabiliser le couple et de redonner la parole aux hommes», a-t-elle déclaré sur le plateau de la TV RTS. Elle est convaincue que cette thématique qui touche des aspects importants de la vie reviendra sur le devant de la scène.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!