16.12.2016 à 15:58

Savoie (F)L'instituteur pédophile écope de 20 ans

Un quinquagénaire a été condamné vendredi pour avoir agressé sexuellement 30 fillettes, âgées de 4 à 12 ans.

Un ancien instituteur a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour avoir violé ou agressé sexuellement 30 fillettes, âgées de 4 à 12 ans, dans son école en Savoie (est de la France) et dans un centre de vacances. C'était la peine maximale encourue pour ces crimes et celle qui avait été requise par l'avocat général contre Eric M., 51 ans. Elle est assortie d'une peine de sûreté de deux tiers et d'un suivi socio-judiciaire pendant dix ans après sa sortie de prison.

Il était jugé pour le viol de 18 élèves et des agressions sexuelles à l'encontre de cinq fillettes, toutes âgées de quatre à six ans, au cours de «jeux du goût» pendant lesquels il imposait des fellations à ces enfants les yeux bandés, à l'école de Planaise, petit village savoyard, entre 2011 et 2013.

Eric M. était aussi poursuivi pour des caresses infligées pendant leur sommeil à onze fillettes de huit à douze ans lors d'une colonie de vacances équestre en Charente-Maritime (ouest) en août 2012.

Identifié par des photos

Les victimes avaient été identifiées grâce aux photos qu'il avait systématiquement prises et qui ont été retrouvées dans son ordinateur. L'ancien instituteur, incarcéré depuis 2013, a reconnu tous les faits.

«Je voudrais vraiment pouvoir vous demander pardon, mais je ne peux pas, parce que ce que j'ai fait est impardonnable», a déclaré à l'audience l'accusé en s'adressant aux familles des victimes avant que le jury ne se retire pour délibérer.

«Il a eu ce qu'il méritait»

La cour d'assises de Savoie a aussi prononcé une obligation de soins, l'interdiction d'entrer en contact avec les parties civiles et d'exercer une profession en rapport avec des mineurs. Cinq ans d'emprisonnement viendraient en sanctionner le non respect.

Eric M. est resté impassible à l'énoncé du verdict tandis que, dans le public, certains parents pleuraient. «C'est un soulagement», ont confié certains. «Il a eu ce qu'il méritait», ont estimé d'autres.

Au cours de ce «procès hors norme» et «difficile», Eric M. a été décrit par l'avocate générale comme un «pédophile de proximité avec un statut qui le plaçait ipso facto au-dessus de tout soupçon».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!