Publié

Petite enfanceL'offre de crèches en forte hausse grâce aux subventions

Les subventions fédérales accordées depuis 2003 ont quasiment permis de doubler l'offre en crèches en Suisse.

ARCHIVES, Keystone

Pas moins de 47'760 nouvelles places d'accueil extra-familiale pour enfants ont pu être crées en Suisse depuis 2003, selon un bilan publié ce jeudi 26 février par l'Office fédéral des assurances sociales.

En 12 ans, 2676 demandes ont été approuvées, dont 2119 ont pu être closes. Parmi les requêtes ayant reçu un feu vert, 1388 concernaient des structures d'accueil collectif de jour, 1172 des structures d'accueil parascolaire, 113 des structures coordonnant l'accueil familial de jour et 3 des projets à caractère novateur.

Un bon tiers des places a été créé en Suisse romande et au Tessin. Les cantons de Bâle-Ville, Neuchâtel, Zurich, Vaud et Zoug ont proportionnellement le plus profité du coup de pouce.

Taux d'occupation variable

Le taux d'occupation des nouvelles structures est variable: 77% dans les crèches, 72% au sein des institutions d'accueil parascolaire. Bien que la plupart des crèches ne soient pas occupées à 100%, environ la moitié d'entre elles déclare ne pas pouvoir répondre favorablement à toutes les demandes.

Cela est dû à des problèmes de coordination de l'offre: il manque surtout des places d'accueil pour les bébés ou il n'y a pas de place disponible les jours désirés.

Un gros tiers des enfants fréquentent la structure d«accueil collectif de jour deux jours par semaine, un bon 20% un ou trois jours. Seuls 10% y vont quatre jours et 12% cinq jours. 69% des bambins sont accueillis à la journée et 30% à la demi-journée, l«accueil à l'heure étant très rare (2%).

Côté structures d'accueil parascolaire, un tiers des enfants est accueilli un jour par semaine, 27% deux jours, 17% trois jours, 12% quatre jours et 12% cinq jours. 56% des enfants sont présents un bloc horaire par jour, 31% deux blocs et 13% trois blocs.

Liste d'attente débloquée

Les 2676 demandes approuvées représentent un montant total de 304,3 millions de francs. Celles qui n'ont pas pu être prises en compte en raison de moyens manquants ont été inscrites sur liste d'attente. Fin janvier, 70 requêtes se trouvaient encore dans cette situation.

Elles devraient désormais pouvoir être examinées. Vu qu'il existe encore un besoin, le Parlement a en effet décidé de prolonger le programme d'impulsion jusqu'au 31 janvier 2019. Un nouveau crédit de 120 millions a été libéré.

(ats)

Votre opinion