Publié

SyrieL'ONU appelle à une pause dans les combats à Alep

L'ONU veut un accès aux plus de 1,5 million d'habitants d'Alep qui risquent d'être totalement assiégés.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

Dans cette ville du nord syrien, les rebelles et les partisans du régime se préparent à une bataille décisive.

Des combats intenses ont eu lieu ces dernières semaines dans et aux alentours de cette ville divisée. Les quartiers est sont aux mains des rebelles alors que les quartiers ouest sont contrôlés par le régime. Chaque secteur est en outre presque encerclé par le camp adverse.

Les raids de l'aviation du régime et de celle de l'allié russe n'ont pas cessé sur les quartiers et positions des rebelles. Ceux-ci sont aidés par les djihadistes du groupe Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda).

«Pause humanitaire»

Dans un communiqué diffusé lundi soir, le coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Syrie, Yacoub El Hillo, et le coordinateur régional, Kevin Kennedy, ont appelé à une «pause humanitaire» dans les combats.

D'après l'ONU, deux millions de personnes «vivent de facto dans la peur d'être assiégées», dont 275'000 «coincées dans l'est d'Alep». Les experts estiment pour leur part à 1,5 le nombre d'habitants dans l'est et l'ouest d'Alep. Au moins 1,2 million vivent dans la partie gouvernementale, tandis que quelque 250'000 résident dans les quartiers rebelles.

Les combats ont tué et blessé de nombreux civils, fortement endommagé des hôpitaux et les réseaux d'électricité et d'eau de la ville.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!