Actualisé

Violences à KievL'ONU demande une «enquête urgente» en Ukraine

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a condamné mercredi les violences meurtrières qui ont fait 25 morts à Kiev et quelque 241 blessés.

1 / 128
L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)

L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)

Keystone
Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)

Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)

Keystone
Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov devient président de l'Ukraine par intérim, en remplacement de Viktor Ianoukovitch, destitué samedi (23 février 2014).

Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov devient président de l'Ukraine par intérim, en remplacement de Viktor Ianoukovitch, destitué samedi (23 février 2014).

Keystone

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a réagi aux violences faites la nuit dernière à Kiev.

«Je condamne fermement les meurtres et exhorte le gouvernement et les manifestants à agir pour désamorcer les tensions et à agir rapidement pour trouver une solution pacifique à la crise. J'appelle aussi à une enquête urgente et indépendante pour établir les faits et responsabilités», a déclaré mercredi Navi Pillay dans un communiqué.

De Moscou à Washington en passant par Bruxelles et Berlin, les chefs de la diplomatie ont pour leur part condamné le retour de la violence dans les rues de Kiev.

Hollande demande des sanctions

Le président français François Hollande a appelé l'Union européenne à «engager» dès jeudi des sanctions «ciblées» et «rapides» contre les responsables des «violences policières inacceptables» en Ukraine, a annoncé mercredi l'Elysée dans un communiqué.

Parmi les blessés figurent 79 policiers et cinq journalistes, a ajouté le ministère.

Le quotidien ukrainien Vesti a annoncé la mort d'un de ses journlaistes, tué par balles durant la nuit par des inconnus masqués, à proximité de la place de l'Indépendance secouée par ces violences sans précédent.

Viatcheslav Vérémiï venait de quitter son travail en taxi pour rentrer chez lui lorsque des hommes ont lancé des cocktails Molotov vers le véhicule, arrêté à un feu, l'en ont sorti et se sont mis à le battre, a raconté le journal gratuit sur son site Internet.

Il «a été blessé par balles à la poitrine» et est mort à l'hôpital après plusieurs heures d'opération, a ajouté la publication en russe, réputée proche du pouvoir.

Affrontements en live:

Vesti a indiqué que son journaliste avait déjà été blessé fin janvier en marge de heurts entre police et manifestants rue Grouchevski. Il avait alors partiellement perdu la vue.

Plusieurs dizaines de journalistes ont été blessés à Kiev depuis le début de la contestation il y a près de trois mois et les organisations de défense des droits de l'homme ou de la presse ont dénoncé des attaques visant délibérément les journalistes.

Vidéos de la crise en Ukraine:

(ats)

Ton opinion