Publié

Essai nucléaireL'ONU impose de nouvelles sanctions à la Corée du Nord

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé jeudi d'imposer une nouvelle série de sanctions, notamment financières, à la Corée du Nord. Une décision motivée après un troisième essai nucléaire.

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité manifestent «la plus grande inquiétude» face au dernier essai nucléaire nord-coréen mené le 12 février, le troisième après ceux de 2006 et 2009.

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité manifestent «la plus grande inquiétude» face au dernier essai nucléaire nord-coréen mené le 12 février, le troisième après ceux de 2006 et 2009.

AFP

Le Conseil de sécurité impose de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, suite au troisième essai nucléaire mené le 12 février par Pyongyang.

La résolution, proposée par plusieurs pays dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Corée du Sud et la France, a été adoptée à l'unanimité. Elle s'efforce de tarir les sources de financement utilisées par Pyongyang pour nourrir ses ambitions militaires et balistiques. Elle met sous surveillance les diplomates nord-coréens et élargit une liste noire de particuliers et entreprises soumis à des gels d'avoirs ou à des interdictions de voyager.

Ce texte définit plus précisément une série de produits de luxe que les dignitaires du régime communiste ne seront pas autorisés à se procurer et rend obligatoires des inspections de cargaisons suspectes en provenance ou à destination de la Corée du Nord.

Grande inquiétude

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité manifestent «la plus grande inquiétude» face au dernier essai nucléaire nord-coréen mené le 12 février, le troisième après ceux de 2006 et 2009. Ils se disent prêts à prendre «d'importantes mesures supplémentaires», non précisées, si Pyongyang procède à un nouveau test de bombe atomique ou à un nouveau tir de fusée.

Sans attendre le vote à l'ONU, Pyongyang a poursuivi l'escalade verbale, accusant les Etats-Unis de vouloir déclencher une guerre atomique et menacé Washington d'une frappe nucléaire «préventive». Il avait déjà fait monter la tension mardi en menaçant de dénoncer l'accord d'armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953.

(ats/afp)

Votre opinion