16.11.2018 à 23:38

YémenL'ONU réclame des pourparlers de paix

Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé son intention d'organiser des pourparlers de paix «rapidement».

1 / 141
Un responsable rebelle s'est dit lundi favorable à un gel des opérations contre les forces loyalistes.

Un responsable rebelle s'est dit lundi favorable à un gel des opérations contre les forces loyalistes.

AFP
Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé vouloir lancé «rapidement» des pourparlers pour la paix, après 4 ans de guerre civile. (Vendredi 16 novembre 2018)

Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé vouloir lancé «rapidement» des pourparlers pour la paix, après 4 ans de guerre civile. (Vendredi 16 novembre 2018)

AFP
Les rebelles, qui veulent barrer la route aux forces progouvernementales (photo), ont posé des mines près des entrées du port stratégique de Hodeida. (14 novembre 2018)

Les rebelles, qui veulent barrer la route aux forces progouvernementales (photo), ont posé des mines près des entrées du port stratégique de Hodeida. (14 novembre 2018)

Keystone

Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé vendredi au Conseil de sécurité des Nations unies son intention d'organiser des pourparlers de paix «rapidement» en Suède, afin mettre un terme à quatre ans de guerre. Aucune date n'a été évoquée.

Le gouvernement yéménite soutenu par les Saoudiens, tout comme les rebelles Houthis, soutenus eux par l'Iran, ont montré un «engagement renouvelé» à travailler à une solution politique. Ils ont présenté des «garanties solides» selon lesquelles ils participeraient aux pourparlers, a déclaré Martin Griffiths.«Avec cela en tête, j'ai l'intention de réunir à nouveau les parties rapidement en Suède», a-t-il dit. «Je pense que nous sommes proches de surmonter les obstacles afin que cela puisse se faire.»

La coalition menée par les Saoudiens a accepté des «arrangements logistiques» afin d'ouvrir la voie à des discussions, y compris sur des évacuations médicales de la ville de Sanaa, tenue par les rebelles, a-t-il ajouté.

Discussions abandonnées

M. Griffiths a également annoncé qu'un accord sur un échange de prisonniers était proche d'être conclu, un nouveau signe que des mesures renforçant la confiance mutuelle étaient prises en amont des discussions à venir. «C'est un moment crucial pour le Yémen», a-t-il dit en prévenant qu'une nouvelle flambée des violences mettrait en péril les efforts de paix.

Les Nations unies avaient annoncé des discussions à Genève en septembre, qui n'ont jamais eu lieu après des exigences de dernière minute de la part des rebelles Houthis. M. Griffiths prévoit de se rendre dans la capitale Sanaa la semaine prochaine afin de finaliser les préparatifs. Il a proposé de voyager avec la délégation des rebelles Houthis en Suède «si cela (était) nécessaire».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!