Actualisé 03.02.2015 à 12:38

EuropeL'ONU suggère que les réfugiés soient répartis par quotas

L'UE devrait réfléchir à se répartir par quotas les réfugiés qui échouent sur ses côtes, a suggéré mardi à Stockholm le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres.

Le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés a émis l'idée de répartir selon un système de quotas les réfugiés qui arrivent sur les côtes européennes.

Le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés a émis l'idée de répartir selon un système de quotas les réfugiés qui arrivent sur les côtes européennes.

AFP

«Si on regarde le point d'entrée de la plupart des demandeurs d'asile en Europe, ce point d'entrée est généralement en Grèce et en Italie. Et on regarde les demandes d'asile présentées l'année dernière, 46% l'ont été en Allemagne et en Suède», a souligné le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) Antonio Guterres lors d'une conférence de presse.

La législation européenne prévoit que les réfugiés déposent leur demande d'asile dans le premier pays où ils ont posé le pied. Or l'Italie et la Grèce, qui voient arriver des bateaux surchargés sur leurs côtes, estiment ne pas avoir les moyens d'appliquer cette règle, et les réfugiés souhaitent généralement aller plus au nord.

D'après M. Guterres, «il est clair que le système aujourd'hui ne fonctionne pas correctement». «Je pense qu'il nous faut sortir des sentiers battus, et nous sommes prêts à soutenir des initiatives politiques au sein de l'Europe visant par exemple à avoir dans certaines situations des formes de distribution par quotas», a-t-il expliqué.

«Solution extrême»

«Les systèmes de quotas sont toujours une solution extrême. Idéalement, le système marcherait naturellement pour attribuer une part juste à chaque pays européen», a tempéré le Portugais.

Mais «s'il y a un afflux massif, un régime de protection temporaire pourrait être appliqué, et ce régime de protection temporaire est fondé sur un système de distribution par quotas», a-t-il déclaré.

L'idée a été accueillie positivement par les trois ministres suédois participant à la même conférence de presse, Stockholm plaidant depuis plusieurs années pour que les pays européens accueillant le moins de réfugiés s'ouvrent davantage.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!