Publié

Sexe«L'orgasme est comme le vertige»

Le philosophe Bernard Andrieu sort un livre à contre-courant. A l'occasion de la Journée mondiale de l'orgasme, il explique que cette expérience a effrayé depuis la nuit des temps.

par
Cléa Favre
Global Orgasm recommande de s'envoyer en l'air ce samedi à 12h11, heure du début du solstice d'hiver.

Global Orgasm recommande de s'envoyer en l'air ce samedi à 12h11, heure du début du solstice d'hiver.

Fotolia.com

Préparez-vous car à 12h11, il vous faudra jouir. C'est l'injonction de Global Orgasm à l'origine de la Journée mondiale de l'orgasme qui a lieu aujourd'hui. L'organisation d'un couple de pacifistes américains vous promet d'atteindre le paroxysme du plaisir en même temps que des millions d'autres personnes. Pour quoi faire, vous demandez-vous? Eh bien, cet orgasme mondialisé permettra selon Global Orgasm de dégager une énergie positive qui se répandra sur toute la planète. Ni plus ni moins.

Incapable de le contenir

Au-delà de cette proposition plutôt cocasse, l'orgasme est un sujet très sérieux. Il fait d'ailleurs l'objet d'un livre «La peur de l'orgasme» qui vient de paraître aux Editions du Murmure. Son auteur, le philosophe du corps et professeur à la Faculté du sport de Nancy Bernard Andrieu, a travaillé sur l'«expérience panique» que constitue l'orgasme. «Celui-ci survient à l'intérieur du corps, comme le vertige ou la douleur extrême. Nous ne le maîtrisons pas. Ni dans son intensité ni dans sa durée. Une fois déclenché, il nous déborde et nous sommes incapables de le contenir, explique-t-il. Nous en avons peur car nous subissons ce que notre corps nous impose.» Bernard Andrieu va même plus loin, affirmant que l'orgasme délivre de tout contrôle social. C'est pourquoi il a tant été diabolisé au cours des siècles passés. «La société est politesse, convention, contrôle, tact. L'orgasme est tout le contraire car il faut consentir à l'abandon, à lâcher prise.»

Mais la jouissance effraie-t-elle toujours aujourd'hui, à l'heure où deux clics suffisent pour se procurer sex toys, conseils techniques quant aux positions optimales et autres recettes miracles? «C'est le paradoxe: nous faisons tout pour déclencher cette expérience. La technologie de l'orgasme se démocratise.

Cependant, de cette façon, on cherche à organiser la jouissance de manière extrêmement normative. Toute la sexualité contemporaine est basée sur le contrôle et un idéal de maîtrise», réagit Bernard Andrieu. Ainsi, nous voulons atteindre l'orgasme et faire jouir l'autre, mais à un moment et d'une façon bien précis. «Les individus ont incorporé des règles et des interdits sociaux. Ce qui les empêche de découvrir leurs propres désirs. Ils n'expérimentent pas certaines choses, non par goût, mais parce qu'elles ne sont pas socialement correctes. Là encore, l'orgasme fait peur.» Le philosophe propose donc non seulement d'apprendre à l'atteindre, mais aussi à le traverser et le vivre.  

Ton opinion