Publié

Votation du 3 marsL'UDC fait recours contre le scrutin sur la famille

L'UDC ne veut pas d'une «étatisation des enfants» et exige que la votation sur la famille soit reportée, tant que les coûts de la mise en oeuvre n'auront pas été précisés. En attendant, le parti va arroser la Suisse d'un «tous ménages».

«J'ai déposé aujourd'hui même le recours auprès de la chancellerie du canton de Berne», a indiqué le chef du groupe parlementaire UDC Adrian Amstutz devant la presse.

«J'ai déposé aujourd'hui même le recours auprès de la chancellerie du canton de Berne», a indiqué le chef du groupe parlementaire UDC Adrian Amstutz devant la presse.

Keystone

L'UDC fait recours contre la votation sur l'article constitutionnel sur la famille. Le parti exige que le scrutin, agendé le 3 mars, soit reporté tant que le Conseil fédéral n'aura pas précisé les coûts de la mise en oeuvre. En attendant, il va arroser la Suisse d'un nouveau «tous ménages».

«J'ai déposé aujourd'hui même le recours auprès de la chancellerie du canton de Berne», a indiqué le chef du groupe parlementaire UDC Adrian Amstutz mardi devant la presse. L'Union démocratique du centre part de l'hypothèse que le nouvel article constitutionnel pourrait entraîner des coûts annuels avoisinant 12 milliards de francs.

Pourtant, le Conseil fédéral refuse de prononcer un quelconque chiffre, faisant valoir que tout dépendra de la concrétisation du texte. «Ce n'est même plus de la désinformation, c'est la chambre noire absolue», a fustigé le conseiller national Guy Parmelin (VD).

Adrian Amstutz a reconnu que les chances de réussite de son recours étaient minces. Thomas Minder a lui aussi été débouté après s'en être pris à la brochure explicative du Conseil fédéral. Il n'exclut pas un recours au Tribunal fédéral.

En attendant, pour rétablir sa vérité, l'UDC a investi environ un million de francs dans un journal de campagne qui sera distribué dès vendredi dans toutes boîtes aux lettres de Suisse alémanique et la semaine prochaine chez les Romands et les Tessinois. Présentant en «une» des bambins en cage, le bulletin s'en prend à l'«étatisation des enfants».

(ats)

Votre opinion