Publié

CriminalitéL'UDC présente treize propositions pour apaiser Lausanne

L'UDC-Lausanne a présenté ses propositions pour diminuer la criminalité et les incivilités en ville. Parmi elles: la limitation de la vente d'alcool après 19h, un couvre-feu pour les mineurs et des caméras dans les rues.

La consommation excessive d'alcool est à l'origine de nombreux débordements dans la capitale vaudoise.

La consommation excessive d'alcool est à l'origine de nombreux débordements dans la capitale vaudoise.

Keystone

Le «papier de position» de la section lausannoise de l'UDC résume en treize propositions son credo en matière de sécurité. Le renforcement de la présence policière sur le terrain figure en tête: le parti juge les effectifs de la police municipale «toujours insuffisants».

La consommation excessive d'alcool est à l'origine de nombreux débordements. L'UDC préconise d'interdire la vente de boissons alcoolisées dès 19h en semaine et dès 18h le samedi. La consommation d'alcool sur la voie publique serait interdite dès 22h. Dans le même ordre d'idée, les mineurs se verraient interdits de sortie dès 22h l'hiver et dès 23h l'été.

Les exploitants de boîtes de nuits devraient obligatoirement signer la charte des clubs pour obtenir une autorisation d'exploiter. Leur personnel de sécurité devrait être mieux formé.

Lutte contre la drogue

L'UDC attend en outre des «interventions musclées répétées» contre le trafic de drogue, la dénonciation systématique des personnes en situation illicite et la pose de caméras de vidéo- surveillance dans les lieux sensibles. Le parti prône encore la tolérance zéro face aux squatters, l'interdiction de la mendicité et des rues plus propres.

La présence de marginaux ivres ou drogués à la Riponne ne doit plus être tolérée et cette zone rendue à la population, estime l'UDC. Le parti s'oppose toutefois absolument à l'ouverture d'un bistrot social, au profit de davantage de répression.

Démarche «constructive»

Le groupe UDC n'occupe que 14% des sièges du législatif communal et n'a aucun représentant à l'exécutif, a rappelé Philippe Stauber, président du groupe UDC au Conseil communal. Ses propositions se veulent «constructives», dans une optique de collaboration avec les autres partis.

Si la démarche se veut conciliante, le ton de l'UDC lausannoise reste acide, notamment envers la majorité de gauche. «Depuis 2006, les autres partis et la municipalité accueillent avec mépris toutes nos interventions», estime Claude-Alain Voiblet, président de l'UDC Vaud et élu au législatif lausannois. «La dégradation de la situation les ont obligés à ouvrir les yeux», selon lui.

(ats)

Ton opinion