03.09.2017 à 23:49

Valais romandL'UDC retire son recours au Tribunal fédéral

L'UDCVR estime qu'une «la chape de plomb» s'est abattue sur la procédure de recours qu'elle a déposé contre l'élection du Conseil d'Etat en mars.

Dans le Nouvelliste, Jérôme Desmeules, coprésident de l'UDCVR, affirmait «si le fraudeur est quelqu'un de l'UDC, il devrait être sanctionné plus durement. Si c’est le cas, pour nous son acte serait intolérable.»

Dans le Nouvelliste, Jérôme Desmeules, coprésident de l'UDCVR, affirmait «si le fraudeur est quelqu'un de l'UDC, il devrait être sanctionné plus durement. Si c’est le cas, pour nous son acte serait intolérable.»

Keystone

L'UDC du Valais romand (UDCVR) a décidé de retirer le recours qu'elle avait déposé au Tribunal fédéral (TF) contre l'élection du Conseil d'Etat de mars. Elle critique «le silence et la lenteur» du Ministère public valaisan dans ce dossier.

«Rien ne permet de penser que tout soit entrepris, avec les moyens adéquats, pour vérifier des soupçons légitimes dont l'UDCVR s'était fait simplement le porte-parole», écrit dimanche soir le parti dans un communiqué. Il faisait référence à la fraude électorale constatée lors de l'élection au Conseil d'Etat.

Le parti critique notamment le fait que la procédure pénale en cours soit menée «par un office régional du Ministère public (alors que l'on aurait pu s'attendre qu'elle le soit par le Procureur général lui-même)». Il dénonce aussi «la chape de plomb» qui s'est abattue selon lui sur la procédure.

Regarder vers l'avenir

Le parti entend désormais «regarder vers l'avenir et concentrer son énergie dans le travail de ses élus et de ses militants», précise le communiqué.

L'UDCVR avait déposé un recours le 24 mars contre les résultats du second tour de l'élection au Conseil d'Etat. Elle voulait que la lumière soit faite sur la fraude électorale dénoncée par les villes haut-valaisannes de Brigue, Naters et Viège.

Trois jours plus tard, le Grand Conseil a rejeté ce recours, considérant que les 119 irrégularités constatées ne peuvent guère influencer le résultat du vote, ni remettre en cause l'éviction d'Oskar Freysinger, qui accusait 2124 voix de retard sur le PLR Frédéric Favre. L'UDCVR avait alors saisi le Tribunal fédéral.

En juin, la justice a arrêté le fraudeur présumé: un Suisse de 30 ans, domicilié dans le Haut-Valais et alors encore membre de l'UDC.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!