Genève: L'UDC sonne le rappel de ses valeurs
Publié

GenèveL'UDC sonne le rappel de ses valeurs

Au bout du Léman, l’UDC cantonale a décidé de monter un groupe de sonneurs de cloches. Une manière pour la section de revendiquer davantage sa suissitude.

par
Maria Pineiro
1 / 7
Les sonneurs de cloches de la section genevoise de l'UDC apporte ses cloches a la Forge du Camp a Bière (VD).

Les sonneurs de cloches de la section genevoise de l'UDC apporte ses cloches a la Forge du Camp a Bière (VD).

Christian Bonzon/LMS
Les militants de l'UDC ont pu bénéficier des nombreuses explications du forgeur de toupins Pierre-André Tschantz.

Les militants de l'UDC ont pu bénéficier des nombreuses explications du forgeur de toupins Pierre-André Tschantz.

Christian Bonzon/LMS
La cérémonie de remise des cloches a été agrémentée d'un concert de cor des Alpes.

La cérémonie de remise des cloches a été agrémentée d'un concert de cor des Alpes.

Christian Bonzon/LMS

Chemises Edelweiss, ceintures ornées de poyas, bonnets à pompon noir. Samedi, une trentaine de membres et de sympathisants de la section genevoise de l’UDC s’étaient mis sur leur trente-et-un pour se rendre à Bière (VD). Et pour cause, Pierre-André Tschantz les attendait dans son atelier pour leur remettre quatre grosses pièces ornées du logo du parti sur le métal, et des armoiries genevoises sur le collier. «La gravure et le dessin directement sur l’acier, ce sont mes spécialités», s’enorgueillit le forgeur de toupins.

Cette remise est l’aboutissement d’une opération de financement interne éclair. «L’idée de monter un groupe de sonneurs de cloches dans la section genevoise nous est venue en décembre, explique Sylvain Soldan, agriculteur établi à Perly. J’ai d’abord mis à disposition mon matériel, car je suis éleveur. Puis la section a souhaité acquérir ses propres instruments.» Pour pouvoir s’offrir quatre imposants toupins, il a fallu récolter quelque 6000 fr. «La somme a été réunie grâce à de nombreux dons, des plus modestes aux plus généreux», détaille le député Marc Falquet, autre cheville ouvrière de ce projet.

Procurer de la joie

Samedi, sonneurs et militants ont visité la forge sous la houlette du maître des lieux, Pierre-André Tschantz, qui leur a tout expliqué sur la confection de ces objets d’abord destinés à ne pas égarer le bétail. S’en est suivie une petite cérémonie durant laquelle le forgeur et plusieurs compères ont gratifié l’assemblée d’un concert de cor des Alpes, autre symbole de l’identité montagnarde.

Puis les militants UDC ont pris possession des toupins, tout de suite inaugurés avec une adresse quelque peu néophyte. «C’est moins évident qu’il n’y paraît, souffle Marc Falquet. Mais nous avons déjà commencé à suivre des cours pour sonner correctement. Notre groupe jouera lors des réunions du parti, mais aussi lorsque nous serons invités à des événements extérieurs. C’est une musique qui procure de la joie.»

Pour la section genevoise de l’UDC, l’acquisition marque un pas important. «Elle est la dernière à ne pas avoir de groupe de sonneurs», détaille Marc Falquet. «Genève fait partie de la Suisse, nous rappelons ainsi que nous sommes attachés au pays», explicite-t-il. «C’est une manière de sonner le rappel de nos valeurs alpines et agraires», ajoute Sylvain Soldan. «Ces toupins nous différencient des autres partis, c’est un plus», affirme Tatiana Knoll, secrétaire du parti pour la Ville.

La section UDC du plus urbain des cantons romands se dote donc d’un des symboles de l’Helvétie des montagnes. Paradoxal? «Quand j’ai commencé dans le métier, l’essentiel de mon travail consistait en toupins pour le bétail. Puis les gens ont commencé à me commander des pièces pour les offrir lors d’occasions particulières, pour chez eux. Les cloches sont désormais devenues un objet patrimonial et symbolique. C’est une manière relativement récente de revendiquer sa suissitude, les gens cherchent à marquer une identité. Il y a un effet de mode», explique Pierre-André Tschantz.

Avec son groupe de sonneurs, l’UDC ne manquera pas d’amener une touche alpine dans la campagne des élections cantonales de ce printemps.

Votre opinion