Publié

RéactionsL'UE et Kerry condamnent le coup d'Etat en Thaïlande

L'armée thaïlandaise a suspendu la plupart des libertés individuelles après sept mois de crise politique et de manifestations qui s'étaient soldés par une impasse.

1 / 101
L'ancien président déchu de Thaïlande a créé, depuis son exil à l'étranger, un groupe d'opposition à la junte miliaire en place depuis son coup d'Etat fin mai. (24 juin 2014)

L'ancien président déchu de Thaïlande a créé, depuis son exil à l'étranger, un groupe d'opposition à la junte miliaire en place depuis son coup d'Etat fin mai. (24 juin 2014)

Keystone
La police récompensera les gens qui prennent en photo les manifestants qui se livrent à toute action antijunte. (23 juin 2014)

La police récompensera les gens qui prennent en photo les manifestants qui se livrent à toute action antijunte. (23 juin 2014)

Keystone
Signe des restrictions de liberté depuis le coup d'Etat du 22 mai; un jeune homme a été interpellé dimanche pour avoir lu le livre «1984» de George Orwell devant un centre commercial de Bangkok. (23 juin 2014)

Signe des restrictions de liberté depuis le coup d'Etat du 22 mai; un jeune homme a été interpellé dimanche pour avoir lu le livre «1984» de George Orwell devant un centre commercial de Bangkok. (23 juin 2014)

Keystone

L'Union européenne a appelé jeudi à un «retour rapide à un processus démocratique légitime» après le coup d'Etat militaire en Thaïlande. L'UE demande la tenue, «le plus vite possible», d'élections «crédibles» et «sans exclusion».

«Il est d'une importance cruciale que la Thaïlande retourne rapidement à un processus démocratique légitime», a déclaré dans un communiqué une porte-parole de la cheffe de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton.

L'armée, qui s'est emparée du pouvoir, «doit accepter et respecter l'autorité constitutionnelle du pouvoir civil», a ajouté la porte-parole. «Les standards internationaux des droits de l'homme doivent être maintenus».

Du côté de Washington, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a condamné avec force «le coup d'Etat militaire» . Il a mis en garde contre les conséquences «négatives» sur les relations entre Washington et Bangkok, deux pays alliés.

«Il n'y a pas de justification à ce coup d'Etat militaire», a dénoncé John Kerry dans un communiqué. Et d'appeler au «rétablissement immédiat d'un gouvernement civil» et au «retour de la démocratie».

(ats)

Ton opinion