Publié

Crise migratoireL'UE veut renvoyer les migrants économiques

L'Union européenne doit muscler sa politique très critiquée de retour des migrants économiques, ont estimé jeudi plusieurs ministres de l'Intérieur lors d'une réunion à Luxembourg.

«Les retours sont toujours durs, c'est comme ça», a dit le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière.

«Les retours sont toujours durs, c'est comme ça», a dit le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière.

AFP

«Nous pouvons accepter et soutenir les gens qui ont besoin d'une protection (les réfugiés, ndlr) seulement si ceux qui n'en ont pas besoin ne viennent pas ou sont renvoyés rapidement», a expliqué le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière.

«Les retours sont toujours durs, c'est comme ça», mais «ceux qui n'ont pas besoin de protection doivent quitter l'Europe», a-t-il insisté. «Il faut casser le lien entre le fait de faire ce voyage dangereux vers l'Europe et pouvoir rester en Europe», a pour sa part plaidé la ministre de l'Intérieur britannique Theresa May.

«C'est la raison pour laquelle la Grande-Bretagne a toujours argué qu'il faut renvoyer les migrants dans leurs pays d'origine, c'est la raison pour laquelle il faut réprimer ceux qui abusent de notre système d'asile», a-t-elle martelé.

Divergences entre Berlin et Londres

Alors que Berlin a ouvert les bras aux réfugiés syriens qui affluent en Europe, le gouvernement britannique conservateur a toujours adopté une ligne très dure sur l'immigration. Londres ne participe pas à la répartition au sein de l'UE de réfugiés arrivés en Grèce et en Italie.

La Grande-Bretagne a en revanche promis d'accueillir dans les années à venir 20'000 réfugiés syriens provenant directement des camps de l'ONU dans des pays voisins de la Syrie.

Le ministre luxembourgeois de l'Intérieur, Jean Asselborn, a estimé qu'il fallait «tout faire dans les prochaines semaines et prochains mois (...) pour qu'on puisse concrétiser les retours», alors qu'aujourd'hui, seuls 40% des ordres de quitter le territoire intimés à des clandestins en Europe sont effectivement suivis d'effet.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!