Publié

Bons officesL'Ukraine remet la Suisse diplomatique au centre

La Suisse peut se profiler comme médiatrice dans les crises internationales comme en Crimée et en Ukraine, assure l'ex-haut diplomate suisse Michael Ambühl dans une interview parue dans la Schweiz am Sonntag.

Michaël Ambühl estime que la Suisse a un rôle à jouer dans les crises internationales actuelles.

Michaël Ambühl estime que la Suisse a un rôle à jouer dans les crises internationales actuelles.

Keystone

Pour l'ancien haut-diplomate suisse Michaël Ambühl, la crise ukrainienne a démontré que des pays doivent assurer la conciliation.

Les bons offices en la matière constituent un «marché compétitif», déclare M. Ambühl. «La Confédération présente certains avantages par rapport à ses concurrents: elle est neutre, n'est membre ni de l'Union européenne (UE) ni de l'OTAN, n'a pas de passé colonial, et pas de programme caché.»

Grâce à la neutralité

La Suisse peut montrer «que la neutralité constitue un bien qui peut servir la communauté internationale. (...) Il est de notre intérêt d'augmenter la visibilité suisse dans ce domaine.»

La Confédération peut prouver que «ne pas faire partie de l'UE ou de l'OTAN ne traduit pas un manque de solidarité». Elle doit continuer de mener «une politique extérieure universelle, qui ne se limite pas à un camp», plaide Michael Ambühl.

Crise «inattendue»

Le diplomate expérimenté considère la crise en Ukraine comme «inattendue sous cette forme». Selon lui, on assiste à un «retour de la politique de la force» qui n'était «pas prévisible il y a encore six mois. La coopération diplomatique et politique en Europe subit un coup d'arrêt», affirme Michael Ambühl.

(ats)

Votre opinion