Publié

GazaL'unique centrale électrique à l'arrêt, faute de fuel

L'unique centrale de la bande de Gaza a cessé de fonctionner vendredi faute d'un approvisionnement en fuel en provenance d'Israël, a indiqué un responsable de la compagnie d'électricité locale.

La fermeture de la centrale va contraindre la compagnie à limiter à nouveau à six heures par jour l'approvisionnement en électricité.

La fermeture de la centrale va contraindre la compagnie à limiter à nouveau à six heures par jour l'approvisionnement en électricité.

Archive, Reuters

«La centrale a cessé de fonctionner vendredi matin en raison du manque de fuel provoqué par la fermeture du point de passage de Kerem Shalom», a annoncé à l'AFP le directeur adjoint de la centrale, qui faisait allusion à la décision prise mardi par Israël de fermer ce point de passage à la suite d'une série d'incidents sanglants.

Selon le directeur adjoint, la fermeture de la centrale va contraindre la compagnie à limiter à nouveau à six heures par jour l'approvisionnement en électricité, contre 12 heures lorsque la centrale fonctionne.

La fermeture de Kerem Shalom a été décidée après la mort d'un Israélien tué par des tirs alors qu'il travaillait près de la frontière entre la bande de Gaza et le territoire israélien.

En représailles, l'armée israélienne a lancé des raids aériens, qui ont coûté la vie à une enfant palestinienne, tandis qu'au moins six autres Palestiniens étaient blessés dans la bande de Gaza.

Fermeture jusqu'à nouvel ordre

Le point de passage restera fermé «jusqu'à nouvel ordre», selon le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon. La centrale de la bande de Gaza avait recommencé à fonctionner le 15 décembre après un arrêt d'un mois et demi.

La centrale, qui fournit 30% des besoins en électricité de l'enclave palestinienne, avait cessé de fonctionner le 1er novembre faute de carburant ce qui avait provoqué des coupures de courant qui pouvaient atteindre 16 heures par jour, affectant aussi les écoles, les hôpitaux, et les usines de traitement des eaux.

(AFP)

Ton opinion