Publié

footL1/L2: la LFP maintient le principe de 2 descentes et 2 montées dès la saison qui vient

Deux clubs au lieu de trois descendront bien de L1 en L2 et deux autres feront le chemin inverse dès la saison qui vient, a confirmé jeudi le Conseil d'administration de la LFP, en maintenant une réforme très critiquée par plusieurs clubs.

"La CA, après un vif débat, a voté à 14 voix contre 2 pour le maintien de la décision prise le 21 mai", a expliqué le président de la LFP, Frédéric Thiriez, qui s'est lui-même abstenu. Le passage de trois à deux montées/descentes entre L1 et L2 avait été voté le 21 mai par le Conseil d'administration de la LFP, afin de limiter l'incertitude sportive et de rassurer les investisseurs. Si cette mesure est soutenue par la plupart des gros clubs, elle a provoqué la grogne de plusieurs autres. Le 17 juin, le président de Clermont (L2), Claude Michy, a adressé une lettre ouverte à M. Thiriez, signée par 23 présidents de clubs. Il y a affirmé son intention de réclamer une assemblée générale extraordinaire pour demander la révocation du CA de la LFP dans l'hypothèse où le passage de 3 à 2 montées/descentes dès la saison prochaine était maintenu. "Il en a le droit et j'y suis prêt", a commenté M. Thiriez après la confirmation, jeudi par le CA, de la réforme initiale. Le monde amateur n'était pas non plus enclin à aller aussi vite: le 20 juin, la Fédération (FFF) avait décidé de repousser à décembre sa décision sur les modalités de montées et de descentes entre L2 et National, entraînant le maintien à trois du nombres de promus/relégués entre ces deux divisions pour la saison 2015-16. Cette décision de la FFF semblait alors devoir forcer la LFP à repousser sa réforme d'une saison, ce qui n'a finalement pas été le cas jeudi. A l'issue du vote du CA de la Ligue jeudi, le président de l'Union des clubs professionnels (UCPF), Jean-Pierre Louvel (Le Havre/L2), personnellement opposé à la mesure, a annoncé sa démission. Une assemblée élective aura lieu en septembre pour le remplacer. nip-pr/jcp

(AFP)

Ton opinion