Création d’entreprises – La barre des 50’000 inscriptions devrait être dépassée
Publié

Création d’entreprisesLa barre des 50’000 inscriptions devrait être dépassée

Le secteur suisse des start-up n’est pas ralenti par la crise persistante du coronavirus. Après une année 2020 déjà florissante, le record est à portée de main pour 2021.

De plus en plus de jeunes entrepreneurs se pressent dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies, en pleine évolution.

De plus en plus de jeunes entrepreneurs se pressent dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies, en pleine évolution.

Getty Images/iStockphoto

En Suisse, malgré le Covid-19, le secteur des start-up connaît une très belle évolution, à tel point qu’en 2021, le nombre de nouvelles entreprises inscrites au registre du commerce est proche d’un nouveau sommet et devrait dépasser le record de 2020. Telle est l’analyse faite par la plateforme en ligne startups.ch. Son fondateur et CEO, Michele Blasucci, prévoit une forte progression de 4 à 5%.

Bon nombre d’artisans ont su profiter des conditions favorables dans le secteur de l’immobilier et du bâtiment (taux d’intérêt faibles, activité de construction dynamique) pour se mettre à leur compte. «Rien que chez startups.ch, le nombre d’entreprises nouvellement inscrites dans ce secteur affichait, fin novembre, une progression d’environ 50% par rapport à la même période de l’année précédente», déclare Michele Blasucci.

Communication et marketing en baisse

D’autre part, de plus en plus de jeunes entrepreneurs se pressent dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies, en pleine évolution. Ils se focalisent en priorité sur des prestations de conseil et le négoce de bitcoins ou d’ethereums. «On y trouve en partie des étudiants», pour qui c’est une activité annexe, «même si certains gagnent davantage qu’avec leur activité principale», ajoute Michele Blasucci.

En revanche, les secteurs des médias, de la communication et du marketing attirent nettement moins les jeunes entrepreneurs. La plateforme enregistre actuellement une baisse des nouvelles inscriptions de 15%. Cela tient au fait que beaucoup d’entreprises réduisent actuellement leurs coûts dans ces secteurs.

La Suisse romande en bonne place

Depuis des années, la Suisse romande (+8% de nouvelles inscriptions au 30 novembre) fait office de hotspot pour le secteur des start-up, grâce à une imposition attractive et à un «climat» international. Les cantons fortement peuplés, Genève (+7%) et Vaud (+8%), ont connu une progression similaire, le Valais affiche même une augmentation de 14%.

Le même phénomène est observé en Suisse centrale (+10%). En particulier, le canton de Zoug (+23%) se positionne comme «crypto-valley» et séduit un nombre accru de jeunes entrepreneurs du monde entier, «grâce à une faible imposition et à des autorités favorables à l’innovation».

Le taux d’imposition n’est pas le seul critère

Depuis que Bâle-Ville (+7%) a sensiblement réduit les impôts des personnes morales, début 2019, la cité rhénane compte parmi les plus attractives en termes d’imposition, avec Lucerne et Zoug. De son côté, avec une progression de 9%, le Tessin est un peu parvenu à se remettre de la chute abrupte des dernières années.

Enfin, fait étonnant, Berne (+13%) et Zurich (+6%) ont enregistré une progression des nouvelles inscriptions malgré le fait que ces deux cantons affichent les taux d’imposition sur les bénéfices les plus élevés de Suisse. Selon startups.ch, «cela montre que le taux d’imposition du lieu de domiciliation n’est pas le seul critère déterminant pour fonder une entreprise».

(comm-ftr)

Votre opinion

0 commentaires