Actualisé

VoyagesLa barre du milliard de touristes a été franchie

Le nombre de touristes dans le monde a franchi pour la première fois la barre du milliard en 2012.

Le nombre de touristes dans le monde a franchi pour la première fois en 2012 la barre du milliard, en hausse de 4% sur un an. L'évolution est intervenue en dépit d'un contexte généralisé «d'instabilité économique», relève l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Pour 2013, la tendance à la hausse devrait se maintenir «à un rythme légèrement plus modeste» avec des arrivées de touristes progressant «de 3% à 4%», a ajouté mardi l'organisme des Nations unies, dont le siège se trouve à Madrid.

De même sur le plus long terme, l'OMT prévoit des touristes toujours plus nombreux avec «une hausse de 3,8% en moyenne par an entre 2010 et 2020», puis 1,8 milliard de touristes en 2030.

«Pour la première fois, nous avons passé le milliard de touristes dans le monde. Nous sommes au-dessus de 1,035 milliard. C'est environ 39 millions de touristes internationaux de plus qu'en 2011», a souligné le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai, en présentant les chiffres annuels devant la presse.

Soucis dans la zone euro

«2012 a été une année d'instabilité économique constante dans le monde entier, en particulier dans la zone euro», où plusieurs pays ont encore dû recourir à l'aide européenne, a expliqué Taleb Rifai.

«Toutefois, le tourisme international a réussi à maintenir sa tendance» à la reprise, a-t-il ajouté, après une année 2009 qu'il avait lui-même qualifiée de «pire année depuis 60 ans» pour le tourisme.

Après avoir chuté de 3,9% en 2009, le nombre de touristes dans le monde a rebondi de 6,6% en 2010 puis a progressé de 5% en 2011.

Comme en 2012, les régions d'Asie et du Pacifique devraient mener la danse cette année ( 5% et 6% respectivement prévus), suivies de l'Afrique (de 4% à 6%), du continent américain (de 3% à 4%) et de l'Europe (2% à 3%). En revanche le Moyen Orient, secoué par des conflits ou des situations tendues comme en Syrie, en Egypte et au Liban, pourrait particulièrement souffrir avec une large fourchette de 0 à 5%.

(ats)

Votre opinion