Actualisé 18.07.2013 à 16:57

La batterie n’était qu’une copie

Samsung «Explosif»

La mystérieuse explosion du mobile Samsung Galaxy S3 qui avait valu à une apprentie neuchateloise d'être brûlée à la cuisse vient d'être élucidée.

par
Laurent Grabet

On y voit plus clair quant à la mystérieuse explosion d’un téléphone Samsung Galaxy S3 qui avait valu à Fanny Schlatter, une apprentie neuchâteloise de 18 ans, d’être brûlée au troisième degré à la cuisse, le 1er juillet dernier à La Chaux-de-Fonds.

Suite à l’accident, le numéro un de la téléphonie mobile avait récupéré les restes de l’appareil pour des analyses dont les résultats viennent de tomber. «La batterie utilisée dans le dispositif n’a pas été fournie ou fabriquée par Samsung ou une société agréée par Samsung. Le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche de Dübendorf, a corroboré cette conclusion», souligne Mirjam Berger, porte-parole de Samsung Suisse.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!