02.10.2020 à 17:58

Devises La BCE va tester l’euro numérique

Une consultation publique va être lancée par la Banque centrale européenne concernant la création d’une cryptomonnaie émise par ses soins, qui pourrait voir le jour dans les deux ou trois prochaines années.

L’arrivée de l’euro numérique dans le porte-monnaie électronique des citoyens n’est cependant pas pour tout de suite.

L’arrivée de l’euro numérique dans le porte-monnaie électronique des citoyens n’est cependant pas pour tout de suite.

AFP

La zone euro «doit se préparer» à l’émission d’un euro numérique, a estimé vendredi la Banque centrale européenne (BCE), qui va prochainement tester différents formats pour une future monnaie virtuelle et lancer une consultation publique.

Décision mi-2021

«Nous devons nous tenir prêts à émettre un euro numérique si cela s’avère nécessaire», affirme la présidente de la BCE, Christine Lagarde, citée dans un communiqué.

Un euro numérique serait une forme électronique de monnaie de banque centrale qui «permettrait à tous – ménages comme entreprises – d’effectuer leurs paiements quotidiens rapidement, facilement et en toute sécurité», explique l’institution.

Une consultation destinée à connaître les attentes du grand public, du secteur financier et des institutions sera lancée le 12 octobre pour une durée de trois mois tandis que des «tests» seront menés pendant six mois sur la faisabilité de ce nouveau produit, précise le communiqué.

La BCE décidera ensuite «vers la mi-2021» de lancer ou non ce chantier.

L’arrivée de l’euro numérique dans le porte-monnaie électronique des citoyens n’est pas pour tout de suite: il faudra ensuite compter «entre 18 mois et jusqu’à 3 ou 4 années» pour voir l’initiative se concrétiser, explique une source proche du projet, en fonction de la complexité de la solution choisie.

La BCE tient à préciser que la cryptomonnaie existera «parallèlement aux espèces, sans les remplacer».

Cette initiative intervient sur fond de forte diminution du recours aux espèces dans la zone euro, accélérée par la pandémie de Covid-19 notamment en Allemagne, très attachée par tradition aux pièces et billets.

«Stimuler l’innovation»

D’autres projets privés de cryptomonnaie existent déjà comme la Libra de Facebook, qui suscite des inquiétudes en termes de risque financier.

La BCE y fait implicitement référence dans un rapport publié vendredi en évoquant le «lancement, à l’échelle internationale, de moyens de paiement privés qui soulèveraient des questions prudentielles et menaceraient la stabilité financière et la protection des consommateurs».

Face à ces innovations, la BCE entend apporter sa propre réponse à travers un moyen de paiement numérique «sans risque à l’échelle européenne».

Il est aussi envisagé que les entreprises et ménages de la zone euro puissent «déposer directement» cette monnaie auprès de la banque centrale, dont l’accès est jusqu’ici réservé aux banques commerciales.

La BCE évoque l’idée de se servir de l’euro numérique comme l’un des canaux de transmission de sa politique monétaire.

D’autres projets de cryptomonnaies sont menés au sein de banques centrales dans le monde, à l’instar de la Banque centrale chinoise.

Un euro numérique permettrait lui de «stimuler l’innovation» et contribuerait à «renforcer le rôle international de l’euro», affirme Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE.

(AFPE/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!