Publié

CyclismeLa Belgique aime follement Fabian Cancellara

En Belgique, où il prendra le départ du Tour des Flandres aujourd'hui, Fabian Cancellara jouit d'une popularité sans précédent pour un coureur helvétique.

par
Julien Caloz
La presse belge loue unanimement les qualités de Fabian Cancellara.

La presse belge loue unanimement les qualités de Fabian Cancellara.

Fabian Cancellara n'a toujours pas remporté la moindre victoire cette saison, mais son pouvoir de séduction en Flandre est intact, comme le rappelait La Dernière Heure vendredi, soit deux jours exactement avant la 98e édition du Tour des Flandres.

Le quotidien belge a consacré deux pages au rouleur bernois. Le titre – «Cancellara, un Suisse star au pays de Boonen»– autant que le texte disent tout de l'amour que le Plat Pays, et surtout la Flandre, porte à notre champion. On y apprend ainsi que le premier numéro du nouveau magazine flamand Titanen a été rédigé tout à la gloire de Spartacus, avec pas moins de 54 pages spéciales! «Peu de gens possèdent un tel charisme, justifie Frederik Backelandt, le rédacteur en chef. Nous trouvions par ailleurs que Fabian collait parfaitement à l'image du Titan en ce sens qu'il est au top dans son métier, mais qu'il possède aussi un avis tranché sur beaucoup d'autres sujets. C'est quelqu'un de très impliqué dans la société.»

«Il partage de nombreuses valeurs importantes pour nous, renchérit Hugo Coorevits, journaliste cycliste au quotidien Het Nieuwsbald. C'est un guerrier animé d'un énorme courage, bourré de talent et pour qui la famille est toujours restée une valeur cardinale. Il a aussi un côté gendre idéal qui plaît beaucoup à la gent féminine. Toujours extrêmement soigné dans son look, sa classe est une de ses marques de fabrique.»

Cancellara est si populaire en Flandre que Coorevits estime qu'il ne lui serait «pas possible de se promener paisiblement à Courtrai comme il peut le faire à Berne»!

Favori du Ronde, au même titre que Tom Boonen et Peter Sagan, «Spartacus» pourra compter cette année encore sur son fan-club local (et ses 10 000 membres) pour le porter vers la victoire. «Il a ce pouvoir de fédérer autour de sa personne», livre simplement Remi De Moor, président du club de supporters, auquel Cancellara avait rendu visite après son succès la saison dernière.

Votre opinion