Coupe du monde: La Belgique éliminée, devancée par le Maroc et la Croatie

Publié

Qatar 2022La Belgique, éliminée, pleure sa génération dorée

Les Diables Rouges, qui ne sont pas parvenus à battre la Croatie (0-0), quittent la Coupe du monde la tête basse et le cœur lourd. Le Maroc a battu le Canada et finit 1er devant les Croates.

par
Simon Meier
(Doha)
Romelu Lukaku et les Belges n’ont pas réussi à marquer le but dont ils avaient besoin.

Romelu Lukaku et les Belges n’ont pas réussi à marquer le but dont ils avaient besoin.

AFP

Une page s’est tournée pour la Belgique et sa génération dorée, jeudi soir à Doha. Incapables de prendre le meilleur sur une bonne Croatie (0-0), les Diables Rouges quittent la Coupe du monde dès la première phase. La désillusion est rude pour cette sélection, quart de finaliste et demi-finaliste des deux dernières éditions. Modric et les siens accompagneront donc en 8es de finale le Maroc, formidable vainqueur de cette poule F.

La très précoce (4e minute) ouverture du score des Lions de l’Atlas contre le Canada, puis le 2-0 de la 23e (lire l’encadré ci-dessous), venaient entériner une réalité: l’une des deux équipes sortirait éliminée du stade Ahmad Bin Ali. Il restait à savoir s’il s’agirait du vice-champion du monde croate ou de cette Belgique qui avait pris la 3e place voici quatre ans en Russie.

La première période, ouverte dans le jeu mais très pauvre en occasions de but, n’a livré aucune indication. Mertens, sur une belle passe de De Bruyne, a tenté – et complètement raté – une frappe à la Titi Henry, son sélectionneur adjoint (13e). Dans la foulée intervenait le fait majeur de ce premier acte, avec le vrai-faux penalty accordé aux Croates, que Modric a cru pouvoir tirer pendant deux minutes avant que la VAR ne détecte un hors-jeu de Lovren sur l’action.

Lukaku a failli

Contraints à l’emporter mais inaptes à créer le danger, les Diables Rouges ont paru leur âge (près de 31 ans de moyenne). Quant aux joueurs de Zlatko Dalic, ils se contentaient de contrôler la situation. Tout s’est précipité après la pause, avec davantage d’émotions en dix minutes que lors des 45 premières. De Bruyne, de très loin le Belge le plus en vue, a adressé deux centres (48e et 49e) pour Lukaku, qui venait d’entrer en jeu. Mais Gvardiol a intercepté le premier et l’attaquant de l’Inter, qui n’a disputé que 22 minutes avec son club cet automne pour cause de blessures, n’a pas pu ajuster sa tête sur le deuxième. C’est encore Lukaku qui, après une occasion échue à Carrasco (De Bruyne à la passe bien sûr), a ajusté l’intérieur du poteau de Livakovic (60e). Juste avant, Courtois avait sauvé deux fois devant Kovacic (50e) et Brozovic (54e).

Bref, ça chauffait et la température ne retomberait plus. Les minutes défilaient en faveur de la Croatie, qui a eu le mérite – et le courage – de ne jamais fermer le jeu. Ce bel état d’esprit a d’ailleurs failli lui coûter, car la Belgique a eu les opportunités pour passer l’épaule. Mais Lukaku, hors de forme, a mangé la feuille de match. Le meilleur buteur de l’histoire des Diables Rouges (68 réalisations) a eu deux énormes occasions d’inscrire ce 69e goal qui aurait tout changé. Mais il s’est emmêlé les pinceaux sur un excellent service de Meunier, à quelques mètres du but (87e). Puis il a terriblement manqué de promptitude, encore plus près du filet, sur un centre de Thorgan Hazard (90e). Tout cela a fini dans les larmes, tandis que les Croates allaient célébrer avec leurs supporters.

Roberto Martinez annonce son départ

Juste après l’élimination de son équipe, le sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez a annoncé qu’il quittait ses fonctions. «Je dis au-revoir à l’équipe nationale, et c’est plein d’émotion comme vous pouvez l’imaginer», a déclaré l’Espagnol en conférence de presse. Il avait pris en mains les Diables Rouges en 2016, les conduisant notamment jusqu’en demi-finale du Mondial 2018.

Le Maroc premier et en transe

Dans l'autre partie de cette poule F, entre le Maroc et le Canada (2-1), le portier Milan Borjan a très vite tué le suspense. Le gardien de l'Etoile Rouge Belgrade s'est un peu emballé à la suite d'une interception au pied hors de ses seize mètres et a perdu le contrôle du cuir. Une sacrée aubaine pour l'infaillible pied gauche d'Hakim Ziyech, qui n'a plus eu qu'à le lober d'une trentaine de mètres (4e). De quoi lancer les "Lions de l'Atlas", la grande majorité des 44'000 fans de l'Al Thumama Stadium et tout un pays fondu de football vers la première place du groupe.

Les Nord-Américains avaient toujours la même volonté de bien faire, mais plus forcément les jambes qui allaient avec, notamment pour arriver à suivre le puissant Youssef En-Nesyri. L'attaquant du FC Séville a converti en force une ouverture magnifique d'Achraf Hakimi à la 23e.

Les hommes de Walid Regragui ont un peu tremblé ensuite sous la pression de l'histoire, mais fini par conserver leur avance. C'est la deuxième fois seulement qu'ils verront les huitièmes de finale d'une Coupe du monde, après leur élimination à ce stade par l'Allemagne, au Mondial 1986 au Mexique (1-0, but de Lothar Matthäus à la 87e).

Les Canadiens, eux, ont tout de même été récompensés de leurs efforts par un but contre son camp de Nayef Aguerd à cinq minutes de la pause - la centième réalisation de ce tournoi.

Ils sont même passés à quelques millimètres de l'égalisation à la 71e, quand Atiba Hutschinson, le plus vieux joueur du tournoi, a envoyé une tête sur la barre et que le ballon est allé mourir sur la ligne de but. Au Qatar, les Nord-Américains auront fait une belle publicité pour leur "soccer" et marqué leur premier but dans un Mondial. La prochaine fois, il faudra franchir le pallier suivant et enfin marquer un point, qu'ils auraient sans doute mérité d'arracher au Maroc ou à la Belgique en ouverture de compétition (0-1).

Huitièmes de finale

Samedi 3 décembre

16.00 Pays-Bas – États-Unis (match 1)

20.00 Argentine – Australie (match 2)

Dimanche 4 décembre

16.00 France – Pologne (match 3)

20.00 Angleterre – Sénégal (match 4)

Lundi 5 décembre

16.00 Japon – Croatie (match 5)

20.00 1er Groupe G – 2e Groupe H (match 6)

Mardi 6 décembre

16.00 Maroc – Espagne (match 7)

20.00 1er Groupe H – 2e Groupe G (match 8)

Ton opinion