Sport: La belle saison incite à bouger, mais gare aux blessures
Publié

SportLa belle saison incite à bouger, mais gare aux blessures

Foot entre amis, rando en famille, beach-volley sur la plage ou balades à VTT, la période estivale est propice aux activités physiques. Sans entraînement, elles peuvent être source de fractures et d'entorses.

par
Stéphany Gardier
En Suisse, le VTT aurait conquis près d'un demi-million de personnes. De plus en plus populaire, cette activité est aussi source de nombreux accidents.

En Suisse, le VTT aurait conquis près d'un demi-million de personnes. De plus en plus populaire, cette activité est aussi source de nombreux accidents.

Christian Platzgummer / IStock

On pense souvent qu'en hiver, le ski est l'activité qui provoque le plus de traumatismes du genou, mais l'été l'articulation n'est pas épargnée non plus. «Le foot est une cause majeure de ruptures et d'entorses du ligament croisé antérieur (LCA)», rappelle Jean-Luc Ziltener, responsable de l'unité de médecine physique et réadaptation orthopédique aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Les tournois d'entreprises et les matches improvisés sont particulièrement propices aux blessures. «Les joueurs peu expérimentés, ou qui n'ont pas joué depuis longtemps, peuvent avoir des gestes mal adaptés, qui mènent à une blessure, ou à blesser un autre joueur», explique Jean-Luc Ziltener. Un tacle non maîtrisé, un pied qui se bloque dans l'herbe et c'est la rupture du LCA, suivie de plusieurs mois de rééducation, voire d'une opération.

Chevilles et genoux

S'il a davantage de chance, le joueur «du dimanche» s'en sortira avec une simple entorse de cheville, «une des blessures les plus fréquentes toutes activités confondues», constate Olivier Borens, médecin adjoint du service d'orthopédie-traumatologie de l'appareil locomoteur du CHUV. Le volley, et sa version estivale le beach-volley, sont comme le foot des sports dits «de pivot», et donc aussi à risque pour les chevilles, notamment à cause des nombreuses réceptions de sauts.

Chevilles et genoux peuvent aussi être malmenés par les randonnées, surtout sur terrain accidenté. «Porter des chaussures adaptées, qui maintiennent bien le pied, est primordial, insiste Jean-Luc Ziltener. Cela semble trivial, mais la moyenne montagne en simples baskets ou en sandales, il faut oublier!» Un mauvais équipement favorise aussi les chutes, qui bien souvent conduisent à des fractures, voire pire. En 2014, selon le Club alpin suisse, les chutes ont coûté la vie à 33 randonneurs dans le pays.

Les articulations ne sont pas les seules mises à mal, les marches en montagne peuvent aussi occasionner des lésions musculaires. «La randonnée, parce qu'elle peut être pratiquée par tous, passe souvent pour une activité sans risque, commente Jean-Luc Ziltener. Or beaucoup de gens qui ne font pas grand-chose le reste de l'année se lancent pendant les vacances dans des marches de plusieurs jours, qui peuvent provoquer des surcharges tendino-musculaires.» Là encore, c'est souvent le genou qui est touché.

Ce type de blessures peut être aussi provoqué par la pratique du trail. «Ces courses en montagne sont de plus en plus populaires, mais elles sont exigeantes et mieux vaut avoir un bon entraînement», prévient le Dr Ziltener.

Consulter rapidement

Autre grand pourvoyeur de traumatismes durant la saison d'été: le VTT. «Les gens veulent reproduire ce qu'ils voient dans les nombreuses vidéos disponibles sur Internet, explique Olivier Borens. Or beaucoup d'amateurs n'ont pas le niveau qu'exigent les pistes de descente.» Et avec la vitesse, les chutes occasionnent souvent des lésions sévères, aggravées par le manque de protections (lire encadré). «Généralement il y a fracture: les hanches sont souvent touchées, et parfois même les vertèbres», précise Jean-Luc Ziltener.

Foulures et entorses sont le plus souvent bénignes, mais elles peuvent cependant être associées à des fissures, des fractures, ou des contusions osseuses. Il est donc important de consulter dès que possible. Le temps presse si l'articulation est déformée, s'il y a une plaie ouverte, une sensation de fourmillements ou si la douleur irradie.

Pour éviter des séquelles, quelques séances de physiothérapie peuvent être utiles. Après une lésion ligamentaire, elles permettent de contrer l'instabilité articulaire, ce qui limite les risques de récidive, et d'arthrose précoce. «Mais il ne faut pas que les risques de blessure dissuadent les gens de profiter de l'été pour bouger, insiste Olivier Borens. Les bénéfices de l'activité physique sur la santé restent tout de même bien supérieurs.»

Le saviez-vous?

L'astuce

Votre opinion