Berne: La belle victoire des femmes de l'ombre, amies et solidaires
Publié

BerneLa belle victoire des femmes de l'ombre, amies et solidaires

Avec un vote canon de 148 voix au premier tour, Viola Amherd a démontré que le Parlement lui faisait confiance. C'est aussi grâce à l'aide de Brigitte Hauser-Süess, une amie de la première heure.

par
Eric Felley
Peu après le vote, la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet félicite Brigitte Hauser-Süess, un soutien indispensable à la victoire de Viola Amherd.

Peu après le vote, la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet félicite Brigitte Hauser-Süess, un soutien indispensable à la victoire de Viola Amherd.

Durant cette campagne, on a dit que Viola Amherd était une femme de l'ombre au Parlement. Mais derrière elle, s'en est trouvée une autre qui l'a soutenue, accompagnée et coachée vers le succès. Brigittte Hauser-Suess, 63 ans, politicienne haut-valaisanne a été la conseillère personnelle d’Eveline Widmer-Schlumpf, puis elle a rejoint Doris Leuthard. Depuis des semaines, elle n'a pas quitté d'une semelle celle dont elle parle comme d'une amie. Pour compter chaque voix.

Triomphe modeste

«C'est une victoire pour Viola, pour les femmes, pour le Valais et pour le PDC, déclare-t-elle après le vote canon qui a propulsé la nouvelle conseillère fédérale. Malgré les attaques, elle a su démontrer sa fiabilité, sa rigueur sur les dossiers et surtout elle est restée soi-même.» Aujourd'hui à la retraite, Brigitte Hauser-Süess avoue avoir eu «tout son temps» pour arpenter les couloirs du Palais fédéral, y tendre l'oreille et s'assurer du soutien des groupes. Émue, elle a le triomphe modeste, mais sans elle, rien n'aurait été possible. Va-t-elle reprendre du service auprès de la nouvelle élue? elle réfléchit un instant avant de préciser: «Disons que je reste son amie.»

«Méchamment attaquée»

La conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christ (PDC/JU) est «doublement heureuse» en ce jour de victoire des femmes au Parlement. Pour Viola Amherd: «Elle a été méchamment attaquée dans cette campagne, mais elle a réagi avec classe et responsabilité». Elle se réjouit aussi du rôle joué par Brigitte Hauser-Süess: «Elle s'est mise naturellement à sa disposition par amitié, c'est cela aussi la solidarité entre femmes dans le PDC. C'est une personne qui a fait une carrière remarquable dans l'Administration fédérale, qui est d'une grande amabilité.»

De son côté, la Fribourgeoise Christine Bulliard-Marbach (PDC/FR) est aux anges, car elle mène un combat sans relâche à Berne pour défendre la cause des femmes, en particulier dans les rangs de son propre parti. C'est dire si la journée est à marquer d'une pierre blanche: «Le Parlement a élu d'abord deux personnes personnes compétentes avant d'élire deux femmes, c'est cela qu'il faut dire. C'est une grande responsabilité. J'espère qu'elles auront l'écoute nécessaire et qu'elles manifesteront leurs compétences sociales qui sont importantes dans cette fonction.»

Votre opinion