Publié

«Génocide»La Birmanie continue de persécuter les Rohingyas

Malgré l’intervention de la Cour internationale de justice, les exactions de l’armée birmane contre la minorité musulmane se poursuivent, rapporte une ONG.

L'icône de la démocratie Aung San Suu Kyi est critiquée à l'international pour les exactions commises contre les Rohingyas en Birmanie (archives).

L'icône de la démocratie Aung San Suu Kyi est critiquée à l'international pour les exactions commises contre les Rohingyas en Birmanie (archives).

KEYSTONE/EPA

Le gouvernement birman continue de persécuter la minorité musulmane rohingya, ont affirmé lundi des avocats et des défenseurs des droits humains. En janvier pourtant, la CIJ avait ordonné à la Birmanie de cesser ses exactions.

Depuis 2017, quelque 740’000 Rohingyas ont fui les exactions de l’armée birmane et se sont réfugiés au Bangladesh voisin, où ils s’entassent dans d’immenses camps de fortune. Cette crise a conduit la Birmanie à se voir accusée de «génocide» devant la Cour internationale de justice (CIJ), plus haute instance judiciaire de l'ONU.

En janvier dernier, la CIJ a ordonné à la Birmanie de cesser ses exactions, de préserver les preuves des crimes commis contre les Rohingyas et de faire un rapport tous les six mois à l’ONU. Malgré ces décisions de la Cour, «le génocide se poursuit», a affirmé lundi Tun Khin, président de Burma Rohingya Organisation UK, une des plus importantes ONG de défense de cette minorité, dans un communiqué.

«Le gouvernement birman et les militaires pensent qu’ils peuvent ne pas tenir compte des mesures provisoires (décrétées par la CIJ) sans encourir de conséquence», a-t-il ajouté.

«La Birmanie n’a rien fait pour traiter les causes profondes de la discrimination et de l’impunité qui suscitent le risque persistant de génocide contre les Rohingyas», a déclaré pour sa part le directeur juridique de l’ONG Global Justice Center, Grant Shubin.

Aung San Suu Kyi critiquée

La persécution des Rohingyas, qui sont toujours environ 600’000 en Birmanie où ils vivent dans des conditions que leurs défenseurs qualifient d'apartheid, a durablement terni la réputation internationale du pays et de la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi qui dirige de facto le pays.

Venue en personne défendre son pays devant la CIJ, Aung San Suu Kyi avait concédé l’année dernière un possible usage «disproportionné» de la force, mais nié toute «intention génocidaire». L’ancienne icône de la démocratie, Prix Nobel 1991 pour sa résistance face à la junte militaire alors au pouvoir, est très critiquée par la communauté internationale pour sa passivité dans cette crise.

L’armée birmane rejette elle aussi toute accusation de «génocide», affirmant s’être défendue contre des attaques de rebelles rohingyas contre des postes de police.

(ats/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!