Suisse - La BNS abaisse sa prévision de croissance à 3% pour 2021
Publié

SuisseLa BNS abaisse sa prévision de croissance à 3% pour 2021

La reprise de certains secteurs comme l’hôtellerie ou la restauration n’étant pas à la hauteur escomptée, l’institution d’émission s’attend à un rebond du PIB de 3% au lieu de 3,5%.

La banque centrale suisse a nettement abaissé jeudi sa prévision de croissance pour 2021 face à une reprise «moins marquée que prévu» dans certains pans de l’économie suisse comme l’hôtellerie ou la restauration et a maintenu le statu quo dans sa politique monétaire.

La Banque nationale suisse s’attend désormais à un rebond du produit intérieur brut (PIB) de 3% pour l’économie helvétique, contre une hausse de 3,5% auparavant, a-t-elle indiqué dans un communiqué, lors de sa réunion trimestrielle de politique monétaire.

Inflation relevée

L’institution monétaire a également relevé ses prévisions d’inflation compte tenu de la hausse des prix des produits pétroliers et difficultés d’approvisionnement.

Elle table désormais sur une inflation de 0,5% pour 2021 (contre 0,4% précédemment) et de 0,7% pour 2022 (contre 0,6% auparavant) compte tenu de la hausse des prix des produits pétroliers et difficultés d’approvisionnement.

Comme attendu, la banque centrale suisse a cependant maintenu sa politique monétaire ultra-accommodante inchangée, laissant son taux directeur négatif à -0,75%.

Elle entend ainsi «assurer la stabilité des prix» et «continuer à soutenir la reprise de l’économie suisse face aux conséquences de la pandémie de Covid-19», a-t-elle précisé dans le communiqué.

«La pandémie continue, même la deuxième année après son apparition, à marquer la situation économique internationale», a-t-elle fait valoir.

Si l’économie mondiale a connu une forte croissance au deuxième trimestre avec l’assouplissement des restrictions sanitaires, les nouvelles contaminations ont de nouveau nettement augmenté pendant l’été dans de nombreux pays, y compris en Suisse, a-t-elle constaté.

Retour à la normale?

Dans son scénario de base, la banque centrale suisse s’attend donc à ce que la croissance se poursuive au cours des prochains trimestres, tout est estimant qu’il faudra «encore un certain temps» avant que l’utilisation des capacités de production ne revienne à la normale.

Le PIB devrait retrouver son niveau d’avant-crise durant le second semestre, mais la reprise est moins marquée qu’initialement prévu dans des branches «dépendantes de la consommation» telles que «le commerce ou l’hôtellerie et la restauration», a-t-elle noté.

La semaine passée, le SECO avait lui aussi abaissé sa prévision de croissance, à 3,2%, face aux tensions sur les chaînes d’approvisionnement et pressions inflationnistes qui freinent la reprise au niveau mondial .

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires