Sri Lanka - La «boîte noire» du cargo qui a partiellement coulé récupérée

Publié

Sri LankaLa «boîte noire» du cargo qui a partiellement coulé récupérée

Cet enregistreur va permettre de connaître les ordres donnés et les procédures adoptées par l’équipage avant le naufrage.

L’incendie aurait commencé bien avant l’entrée dans les eaux sri lankaises. 

L’incendie aurait commencé bien avant l’entrée dans les eaux sri lankaises.

AFP/Sri Lanka Air Force

L’enregistreur de données du voyage (VDR), équivalent pour un bateau d’une «boîte noire», du cargo qui a brûlé pendant près de deux semaines avant de couler partiellement au large de Colombo a été récupérée à bord, ont annoncé les autorités locales. Ce VDR va permettre aux enquêteurs de connaître exactement les procédures et ordres à bord du bateau avant son accident. Les autorités sri-lankaises espèrent qu’il fournira des explications sur les décisions prises et les échanges avec la capitainerie de Colombo, qui était son port de destination.

«La marine a aidé des techniciens à récupérer le VDR sur la passerelle, qui est toujours au-dessus de la mer», a déclaré à l’AFP le porte-parole de la marine Indika de Silva.

Incendie pendant 13 jours

Le MV X-Press Pearl, immatriculé à Singapour, a commencé à sombrer mercredi, après avoir été victime d’un incendie qui a duré 13 jours, au large de la capitale. Le bateau, qui transportait notamment 25 tonnes d’acide nitrique et des quantités énormes de matières plastiques, effectuait une traversée entre l’Etat indien du Gujarat et Colombo.

Selon le Centre pour la justice environnementale (CEJ), une association, l’équipage était au courant d’une fuite d’acide – qui a fini par provoquer l’incendie – dès le 11 mai, bien avant d’entrer dans les eaux territoriales sri lankaises.

Dégâts pour l’environnement

Une enquête a été lancée au Sri Lanka. Le capitaine et son chef mécanicien -deux Russes- ont été interrogés, et leurs passeports ont été saisis. Les autorités s’inquiètent d’un risque de marée noire. Mais il n’y a pour l’instant aucun signe visible de fuite des 350 tonnes de carburant.

Les plages touristiques de l’île et les eaux environnantes ont été submergées de millions de granulés de plastique que le cargo transportait, provoquant notamment l’interdiction de la pêche, importante dans la région.

()

Ton opinion

2 commentaires