Zurich: La Bourse suisse finit dans le vert

Publié

ZurichLa Bourse suisse finit dans le vert

Le marché financier suisse a connu une deuxième journée positive d'affilée mercredi, terminant sur une hausse de 0,99%.

Archives/photo d'illustration, Keystone

La Bourse suisse a progressé pour la deuxième séance d'affilée mercredi. Les indices n'ont toutefois pas pu conserver les gains en partie exagérés du début d'après-midi et ils ont terminé nettement en dessous des plus hauts du jour.

Le SMI a terminé en hausse de 0,99% à 8414,83 points. Le SLI a gagné 0,96% à 1263,43 points et le SPI 0,93% à 8683,72 points. Sur les trente blue chips, 25 ont progressé, quatre reculé et Sika a fini stable.

Les courtiers parlent de la hausse de l'euro et de la nouvelle baisse des prix du pétrole pour expliquer la perte d'élan dans l'après-midi. Après une tentative de remontée, les prix du pétrole ont à nouveau baissé après les stocks hebdomadaires aux USA.

Par ailleurs, un des membres de la Réserve fédérale américaine (Fed) a exprimé des doutes à propos de l'évolution de la conjoncture américaine. En matinée, le marché avait profité d'un rally de soulagement après des données chinoises encourageantes. Après le fort recul de la semaine passée, une réaction n'était qu'une question de temps, selon des experts.

Geberit en tête

Le vainqueur du jour est Geberit ( 4%) après la publication de ventes 2015 surprenantes. Le groupe de technique sanitaire doit sa forte croissance avant tout à l'acquisition Sanitec, et le résultat a correspondu aux attentes des analystes. Ces derniers ont aussi mis en avant la progression de la croissance organique et le relèvement de l'objectif de marge EBITDA.

Plutôt défensive, Givaudan a gagné 2,7%, après des commentaires positifs de Berenberg, qui recommande le titre à l'achat, estimant que le groupe verniolan devrait profiter d'une accélération plus rapide que prévu du développement dans le secteur des arômes sur les marchés développés. La faiblesse des prix des matières premières a aussi eu un effet positif.

Plusieurs gros gagnants

Diverses cycliques et valeurs sensibles à la conjoncture font partie des plus gros gagnants, à l'image de SGS ( 2%), Adecco ( 1,4%), Kühne Nagel ( 1,3%) et du bon Schindler ( 1,2%). Après un début d'année marqué par des prises de bénéfices, le titre ayant presque doublé de valeur en 2015, Galenica est remonté de 1,5%. Aux assurances, Swiss Re a gagné 1,5% et Bâloise 1,3%.

Aux bancaires, UBS a pris 0,5% et CS 0,2%. Dans le camp des poids lourds, Novartis ( 1,2%) a réalisé la meilleure performance, le titre affichant un gros potentiel de rattrapage selon des experts. Nestlé a gagné 1,1% et Roche 0,9%.

Dans le bas du tableau, Transocean a perdu 0,8%, incapable de défendre ses gains initiaux et souffrant de la nouvelle baisse des prix du pétrole. Lonza a cédé 0,1%, Richemont 0,2% et Julius Bär 0,4%. Richemont publie jeudi des chiffres trimestriels.

Sur le marché élargi, Calida a gagné 1,7%. Dans une interview accordée à Finanz und Wirtschaft, le président Thomas Lustenberger a assuré que l'actionnaire de référence, la famille Kellenberger, ne tenterait pas de vendre sa participation avant trois ans. Ce délai doit permettre d'assurer une période de stabilité au nouveau directeur général, a-t-il affirmé.

Chute de Wall Street

La Bourse de New York a lourdement rechuté mercredi, le pessimisme ayant submergé les investisseurs après la confirmation des déséquilibres du marché pétrolier. Le Dow Jones a perdu 2,21% et le Nasdaq 3,41%.

Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a abandonné 365,32 points à 16'150,90 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a chuté de 159,85 points à 4526,06 points.

(ats)

Ton opinion