Tension dans les hôpitaux: La bronchiolite se répand comme le Covid chez les tout-petits

Publié

Tension dans les hôpitauxLa bronchiolite se répand comme le Covid chez les tout-petits

Les hôpitaux sont à nouveau sous pression avec cette affection, qui provoque des troubles respiratoires chez les nourrissons ou les enfants de quelques mois.

par
Eric Felley
Les symptômes de la bronchiolite sont la toux et une fièvre persistante.

Les symptômes de la bronchiolite sont la toux et une fièvre persistante.

Getty Images

L’épidémie de bronchiolite chez les enfants progresse un peu partout en Suisse. «Le Nouvelliste» relate ce mercredi que le Service de pédiatrie de l’Hôpital de Sion est saturé. En début de semaine, quatre enfants malades ont dû être transférés à Rennaz, au CHUV et à Viège.  «Le taux d’occupation dépasse les 100%, constate son médecin-chef, le Dr Juan Llor. Nous avons toutes les années une épidémie de bronchiolite, mais cette année, elle est apparue plus tôt, elle est plus forte et les patients sont très jeunes et font beaucoup de fièvre».

Le double de jeunes patients

Le problème est plus aigu du fait que le séjour hospitalier des petits enfants dure entre 7 et 10 jours et mobilise un personnel nombreux, alors que le système hospitalier est confronté à un manque d’effectifs. Cette épidémie inquiète les services de pédiatrie dans tous les cantons. Selon la RTS, qui y a consacré déjà plusieurs reportages, le nombre de jeunes patients a doublé cette année par rapport à l’an dernier avec plus de 200 cas recensés la semaine dernière. Cependant, il n’existe pas de chiffres au niveau national, car la bronchiolite ne fait pas partie des «maladies surveillées» par l’OFSP.

Aide respiratoire

Cette année, il y a une forte proportion de nouveau-nés de moins d’un mois. La bronchiolite se manifeste par une toux sifflante et une fièvre tenace. En cas d’aggravation, il faut hospitaliser l’enfant pour une aide respiratoire sous forme de «ventilation non invasive». Au CHUV, la moitié des patients hospitalisés pour bronchiolite se trouvent aux soins intermédiaires ou intensifs. «Cette épidémie… C’est un peu notre Covid à nous», compare le professeur Sergio Manzano du département de pédiatrie des HUG.

Pic pas encore atteint

Cette situation de saturation des services de pédiatrie provoque de nombreux transferts entre les hôpitaux romands ou alémaniques. «Les bébés ont un état de santé qui peut évoluer très vite, explique à la RTS le responsable des équipes des soins des urgences pédiatriques aux HUG, Kevin Haddad. En quelques heures ou minutes parfois, leur situation peut se péjorer. Là, on doit être très réactif».

Selon les divers professionels interrogés, cette épidémie de bronchiolite n’a pas encore atteint son pic.

Ton opinion