Publié

Union EuropéenneLa Bulgarie prend la présidence tournante de l'UE

Le membre le plus pauvre de l'UE compte beaucoup sur cette première présidence qui débute le 1er janvier 2018 pour améliorer son image.

Le Premier ministre Boïko Borissov a su ramener un peu de stabilité en Bulgarie.

Le Premier ministre Boïko Borissov a su ramener un peu de stabilité en Bulgarie.

Keystone

La Bulgarie, qui prend la présidence tournante de l'Union européenne (UE) le 1er janvier, aspire à jeter des ponts entre l'est et l'ouest de l'Europe. Sofia tentera de forger des compromis sur plusieurs dossiers brûlants, dont la politique migratoire, via son slogan «l'union fait la force».

Membre le plus pauvre de l'UE, critiqué pour son inefficacité face à une corruption endémique, la Bulgarie mise aussi sur sa première présidence du Conseil de l'UE pour améliorer son image. Entrée dans l'UE en 2007, elle cherche à convaincre qu'elle est digne enfin d'intégrer l'espace Schengen et, à plus long terme, la zone euro.

Six mois de présidence réussie plaideraient en faveur de ce pays de 7,1 millions d'habitants, à l'histoire politique agitée depuis la chute du communisme mais qui a retrouvé une certaine stabilité sous la houlette du premier ministre de centre droit Boïko Borissov.

Ce dernier est revenu au pouvoir début avril, pour son troisième mandat depuis 2009, au prix d'une alliance avec des partis nationalistes qui ont mis en sourdine leur rhétorique agressive pour s'afficher pro-Union européenne et pro-OTAN.

Fonds européens appréciés

Contrairement aux pays du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Hongrie et Slovaquie), la Bulgarie ne s'est pas opposée à la politique européenne de relocalisation des réfugiés au sein de l'Union, même si les discours de peur voire de rejet de l'immigration imprègnent la scène politique nationale.

«La Bulgarie est l'un des rares pays ex-communistes, au sein de l'UE, qui apprécie à leur juste valeur les fonds européens, lesquels ont assuré 66% de la croissance de la Bulgarie depuis 2007. Elle ne crée pas de difficultés, y compris sur la politique de migration», estime un diplomate européen à Sofia.

Fort de cette attitude conciliante, le gouvernement de Boïko Borissov se voit en médiateur sur les sujets les plus épineux.

«L'union fait la force»

Dans le contexte du Brexit, la réduction probable du budget de l'UE après 2020 inquiète particulièrement les pays de l'Est, grands bénéficiaires des fonds européens. «Le slogan de la présidence bulgare est 'L'union fait la force'», souligne la ministre bulgare des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva. Elle appelle à «faire preuve de solidarité quant à la protection des frontières extérieures de l'UE au lieu de dresser des clôtures à l'intérieur».

Les dirigeants européens espèrent notamment débloquer d'ici juin la réforme de l'asile via une remise à plat du «règlement Dublin», qui confie presque systématiquement la responsabilité du traitement d'une demande d'asile aux pays de première entrée dans l'UE, sur lesquels pèse un fardeau démesuré en situation de crise.

Un pas vers Ankara

M. Borissov plaide par ailleurs pour une amélioration des relations entre l'UE et la Turquie, avec laquelle son pays partage 259 km de frontière terrestre. Au coeur de ses préoccupations: le maintien «à tout prix» de l'accord migratoire conclu en 2016 qui a permis de réduire le flux des demandeurs d'asile du Moyen-Orient vers l'Union européenne, dont la Bulgarie est l'une des portes d'entrée.

La présidence bulgare, qui succède à l'Estonie, sera aussi celle du lancement de la nouvelle phase de négociations des dirigeants européens avec la Grande-Bretagne, à propos d'une période de transition post-Brexit et du cadre d'une future relation commerciale.

«L'agenda sera chargé puisque 2018 est la dernière année complète de mandat de la Commission», avant les élections européennes de 2019, souligne Ognian Zlatev, représentant de la Commission européenne en Bulgarie.

Les chantiers sont nombreux: budget de l'UE après 2020, projet de réforme de la zone euro qui attend la formation d'un gouvernement en Allemagne, coopération renforcée en matière de défense, réforme des institutions européennes après le Brexit, marché unique numérique...

Sofia entend également apporter son expertise régionale sur un sujet qui lui tient à coeur: l'intégration européenne de ses voisins des Balkans. Un sommet UE-Balkans est prévu en mai. Parmi les pays issus de l'ex-Yougoslavie et l'Albanie, seuls la Serbie et le Monténégro mènent aujourd'hui des négociations d'adhésion avec l'UE.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!