Football: «La capitale du Valais? Servette!»
Publié

Football«La capitale du Valais? Servette!»

Le candidat d'un jeu télévisé espagnol a eu une réponse pour le moins controversée. De quoi faire rire au bout du Léman.

par
Sport-Center
Francisco José Gonzalez Arias dans l'émission Pasapalabra sur Tele Cinco.

Francisco José Gonzalez Arias dans l'émission Pasapalabra sur Tele Cinco.

DR

Lorsque l'on connaît la rivalité genevo-valaisanne, la réponse du candidat de l'émission Pasapalabra sur Telecinco a de quoi faire sourire... ou grincer des dents, suivant à quel bout du Rhône on se trouve. Jugez plutôt. A l'énoncé «Quelle est la capitale du Valais commençant par la lettre 'S'?», il a répondu du tac-au-tac «Servette». Daniel Blanco, entraîneur des gardiens du Servette FC, était devant son petit écran au moment de la bourde du candidat. C'est lui qui a déniché cette pépite et a fait remonter l'histoire au service de communication du club. «Dès que nous avons appris cela, nous avons cherché les images pour partager ce moment», a rigolé Loïc Luscher, responsable communication/médias au SFC.

Vidéo de la bourde à l'appui, le club pensionnaire de Challenge League a immédiatement interpellé ses suiveurs pour retrouver l'Ibère. «Si vous connaissez cet homme, dites-le nous, on lui envoie un maillot.» La magie d'internet a fait le reste. En une poignée d'heures, il a été identifié: Francisco José Gonzalez Arias, un étudiant en virologie (qui n'a probablement pas pris géographie en deuxième branche) habitant à Oviedo dans les Asturies.

Maillot et boîte de chocolat

Ne restait «plus qu'à» entrer en contact avec lui. Devant le mutisme initial, il fallait ébaucher un plan pour arriver à ses fins. Envoyer directement un colis à Oviedo, lieu de domicile de «Fran»? Notre interlocuteur n'est pas fan de l'idée de la bouteille à la mer. «Je pense que s'il ne nous répond pas, nous allons plutôt envoyer le paquet à l'Université d'Oviedo et leur demander de lui transmettre notre envoi. Cela semble plus probable d'atteindre notre destinataire.»

Mais quelques heures plus tard: la libération. «Il nous a répondu le lendemain, a apprécié Loïc Luscher. J'espérais surtout qu'il ne pense pas que nous nous moquions de lui alors que nous avons surtout trouvé cette scène amusante. Au contraire, il s'est platement excusé pour cette bévue.»

En plus du maillot grenat, le SFC va également le remercier avec une boîte de chocolat suisse. Le petit coup de pub valait (...) bien ça.

Votre opinion