Vaud: La carrière du Mormont pourra être exploitée 5 ans de plus
Publié

VaudLa carrière du Mormont pourra être exploitée 5 ans de plus

Les autorités cantonales ont prolongé l’autorisation délivrée au cimentier Holcim, qui arrivait à échéance fin juin.

L’exploitation de la carrière sur la colline du Mormont pourra se poursuivre.

L’exploitation de la carrière sur la colline du Mormont pourra se poursuivre.

rmf

L’action menée l’an dernier sur la colline du Mormont par des activistes de la défense de l’environnement n’aura pas eu l’effet escompté. Pas plus que le dépôt d’une initiative populaire cantonale, munie de 14’500 signatures, qui réclamait l’interdiction de toute nouvelle extension de la carrière d’Holcim à Eclépens (VD). Mardi, le Département vaudois de l’environnement et de la sécurité a en effet annoncé avoir reconduit, pour une durée maximale de 5 ans, l’autorisation d’exploiter la carrière du Mormont, qui arrivait à échéance fin juin.

Selon le communiqué, cette prolongation est «conforme au cadre légal en vigueur» et répond à la demande déposée en décembre dernier par Holcim, afin «d’assurer le maintien de l’approvisionnement en calcaire de la cimenterie». Elle doit permettre une extraction d’environ un million de mètres cubes. L’exploitation «continuera à se déployer dans le périmètre et selon les conditions inscrites prévues par le Plan d’affectation cantonal (PAC) et le plan d’extraction, indiquent les autorités cantonales.

Le communiqué mentionne aussi que la poursuite ultérieure de l’exploitation dans le nouveau plan d’extraction «La Birette» est entre les mains du Tribunal fédéral, dont l’arrêt est toujours attendu. Et que des réflexions en vue du comblement des carrières ouvertes sont également en cours.

Le plus gros pollueur du canton et de la Suisse

Selon une étude menée par un étudiant en géographie physique de l’Université de Lausanne, et relayée par «24 heures» la cimenterie Holcim, à Éclépens, émet 450’000 tonnes de CO₂ par année. Il s’agit du record cantonal, devant les émissions de l’usine de traitement des déchets lausannoise Tridel. À l’échelle nationale, Holcim arrive également en tête des plus gros pollueurs, devant la société Lonza, selon la RTS, qui se réfère à un inventaire fédéral des gaz à effet de serre.

(comm/jfz)

Votre opinion

10 commentaires