La carrière record de la doyenne des hôtesses de l’air

Publié

InéditLa carrière record de la doyenne des hôtesses de l’air

À 86 ans, l’Américaine Bette Nash s’apprête à fêter ses 65 ans de vol.

Bette Nash, ici en 2017, a fait ses débuts en tant qu’hôtesse en 1957.

Bette Nash, ici en 2017, a fait ses débuts en tant qu’hôtesse en 1957.

AFP

Elle avait commencé sa carrière quand un billet d’avion coûtait 12 dollars et qu’on servait encore du homard à bord: Bette Nash, 86 ans, fêtera cet automne ses 65 ans de carrière dans l’aviation.

Selon le Guinness World Records, relayé par ABC News, il s’agit tout simplement de l’hôtesse de l’air la plus âgée et la plus ancienne du monde.

L’Américaine avait commencé en 1957, alors que Dwight D. Eisenhower était encore président des États-Unis. Elle a passé la majeure partie de sa carrière sur des vols internes reliant New York, Washington et Boston. Un trajet qui a sa préférence puisqu’il lui permet de rentrer tous les soirs à la maison pour prendre soin de son fils handicapé, dont elle s’occupe encore.

«C’était horrible»

Bette Nash a commencé à voler avec la compagnie Eastern Airlines, et suite à plusieurs fusions et faillites, s’est retrouvée chez American Airlines. À ses débuts, les hôtesses de l’air étaient pesées et avaient l’obligation d’être célibataires. «Vous deviez avoir une certaine taille et un certain poids. C’était horrible, racontait-elle en 2017 à ABC News. Vous preniez quelques kilos et vous deviez continuer à vous peser, et puis si vous restiez comme ça, ils vous retiraient de la liste des salariés.»

Elle se souvient également que les passagers payaient leurs billets auprès des hôtesses au moment de l’embarquement et que les cigarettes étaient distribuées à bord. «Pendant le vol, après le repas, je me promenais avec des Kent et des Marlboro», expliquait-elle.

Si son record a été fraîchement homologué, Bette Nash n’a toutefois pas prévu de raccrocher. Aux États-Unis, les pilotes sont en effet tenus de prendre leur retraite avant leurs 65 ans, mais ce n’est pas le cas du personnel de bord. L’octogénaire continue donc à suivre la formation des agents de bord, conformément aux règles de l’Administration fédérale de l’aviation civile américaine.

(J.Z)

Ton opinion

12 commentaires