13.11.2020 à 17:20

NatureLa chauve-souris n’enlève son masque que pour s’accoupler

Des chercheurs ont pu pour la première fois observer au Costa Rica comment une étrange espèce dont les mâles ont une partie du visage caché, fait pour se reproduire. C’est étonnant.

von
Michel Pralong
Seuls les mâles ont ce masque qui leur couvre la moitié du visage et qu’ils peuvent baisser avec leurs pouces.

Seuls les mâles ont ce masque qui leur couvre la moitié du visage et qu’ils peuvent baisser avec leurs pouces.

Alchetron

Si l’humanité vient de se mettre au port du masque comme jamais elle ne l’avait fait durant son histoire, il existe une espèce qui pratique la couverture faciale naturellement. La Centurio senex, chauve-souris que l’on trouve dans les forêts d’Amérique centrale et du sud, possède en effet un masque de peau qui lui recouvre le bas d’un visage étonnamment ridé. Ce qui lui donne un air inquiétant, mais rien à craindre, l’animal ne mange que des fruits. Les scientifiques ignorent à quoi sert précisément ce masque, mais le fait que seuls les mâles en possèdent suggère un rôle dans la reproduction. Mais cette dernière n’avait encore jamais pu être observée. C’est désormais chose faite grâce à une équipe de chercheurs du Costa Rica, raconte le «Daily Mail».

Les séducteurs masqués

À l’automne 2018, les scientifiques se sont rendus dans la forêt tropicale de San Ramón, dans la province d’Alajuela. Durant plus d’un mois, ils ont pu observer le comportement de ceux qu’ils appellent les séducteurs masqués et les résultats obtenus, qui ont été publiés le 11 novembre dernier dans «Plos One», sont étonnants.

Les mâles venaient en nombre se suspendre aux branches, dans une aire assez restreinte (0,13 hectare). Ils arrivaient vers 18 heures et n’en repartaient que vers minuit, restant plutôt immobiles durant cette période. Et gardant tous leur masque relevé sur le bas du visage. Cette forte densité sur une petite zone suggère que la femelle a la possibilité de faire son choix entre les mâles présents.

Les scientifiques ont pu observer quelques individus se faisant approcher parfois par une chauve-souris en vol, sans pouvoir avoir le temps de voir si cette dernière était un mâle et une femelle. La chauve-souris perchée plongeait alors plus profondément son visage dans le masque, comme pour se protéger. Et l’autre chauve-souris s’en allait. Pas d’accouplement, donc.

En a), le mâle a son masque relevé sur le bas du visage. Lorsqu’une autre chauve-souris l’approche (c), sans se poser, il enfouit son visage dans son masque, comme on peut mieux le voir en d). En revanche, lorsque l’accouplement a eu lieu, il a abaissé son masque, comme en b).

En a), le mâle a son masque relevé sur le bas du visage. Lorsqu’une autre chauve-souris l’approche (c), sans se poser, il enfouit son visage dans son masque, comme on peut mieux le voir en d). En revanche, lorsque l’accouplement a eu lieu, il a abaissé son masque, comme en b).

Plos One

Le 10 octobre à 19 h 40, la patience des scientifiques a enfin été récompensée. Une chauve-souris s’est approchée d’un mâle perché, mais s’est cette fois posée, presque sur son dos. Les observateurs ont eu le temps de constater que l’arrivant était une femelle, puisqu’elle ne possédait pas de masque. «Le mâle a immédiatement baissé son masque et s’est rapidement mis en position face à face avec la femelle. Cinq secondes plus tard, il a changé de position, s’est déplacé autour de la femelle et a pressé son visage contre le milieu de son dos, dans une position typique pour l’accouplement chez les chauves-souris. Le mâle visiblement vibrant tenait la femelle, en utilisant les griffes et les ailes du pouce, et semblait également mordre dans la fourrure sur le bas du dos de la femelle». Trente secondes plus tard, la femelle s’est ébrouée et est partie: l’union semblait consommée.

Des odeurs sur son menton

Alors à part montrer son visage et lui permettre de mordre la femelle pendant l’accouplement, pourquoi le mâle baisse-t-il son masque? Les scientifiques en sont réduits à des hypothèses, vu le manque d’observations. Face au vaste choix de mâles, quels sont les critères de choix de la femelle? Les chauves-souris mâles ont émis toute une série de sons et ultrasons, qui ont pu servir tout aussi bien à les géolocaliser pour les femelles qu’à prévenir les rivaux de leur présence. La vision pourrait également jouer un rôle: «L’extension et la nuance de la couleur blanche du masque pourraient peut-être même transmettre des informations visuelles sur la qualité masculine aux visiteurs féminins intéressés».

Mais le masque a plus probablement un lien avec l’odorat. Les mâles de cette espèce dégagent en effet une forte odeur au niveau du… menton. Une fois le masque abaissé, on peut constater que le bas du visage est humide, «suggérant une sécrétion de fluides dans la zone de la poche cutanée». En abaissant son masque, non seulement le mâle provoque-t-il peut-être cette sécrétion, mais permet certainement également à l’odeur de se diffuser, odeur qui doit exercer un attrait sur la femelle. Les chercheurs comptent bien surprendre d’autres accouplements de ces séducteurs masqués pour confirmer leurs hypothèses.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

romaro

14.11.2020 à 19:12

Dans certsines sociétés humaines c'est le contraire. C'est la femme qui porte le masque, aussi appelé voile.

pangolin

14.11.2020 à 12:01

cest pour se proteger du covid 19

Lucien Favre

13.11.2020 à 18:39

Sympas! Je vais essayer de le faire avec des copines