La Chine a inventé un biologiste suisse, Facebook a sévi
Publié

PropagandeLa Chine a inventé un biologiste suisse, Facebook a sévi

Une opération avait été menée pour alimenter les tensions avec les États-Unis. Les comptes liés à un individu imaginaire ont désormais été supprimés.

par
R.M./AFP
L’ambassade de Suisse à Pékin (ici décorée pour le 1er août) avait dénoncé le biologiste imaginaire l’été dernier.

L’ambassade de Suisse à Pékin (ici décorée pour le 1er août) avait dénoncé le biologiste imaginaire l’été dernier.

Meta, la maison mère de Facebook, a indiqué mercredi avoir démantelé une opération, orchestrée depuis la Chine, qui utilisait des faux comptes pour alimenter les tensions avec les États-Unis. Ces profils non authentiques amplifiaient les messages publiés sur le profil d’un biologiste suisse inventé de toutes pièces, qui aurait écrit que les États-Unis faisaient pression sur l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faire porter le chapeau du coronavirus à la Chine.

Des médias étatiques chinois ont ensuite cité ce faux biologiste. «C’était comme une galerie de miroirs, qui reflètent à l’infini une seule fausse personnalité», remarque Meta dans un communiqué.

Le groupe californien a trouvé des liens entre cette opération et des employés de l’entreprise chinoise de cybersécurité Sichuan Silence Information Technology Co. ainsi que des personnes associées avec d’autres sociétés chinoises, spécialisées dans les infrastructures, dans le monde. «C’est la première fois que nous observons une opération qui inclut un groupe coordonné d’employés d’État pour servir de caisse de résonance de cette manière», note Meta. «Mais la vérité a rapidement éclaté et ça a fait pschit», a précisé Nathaniel Gleicher, le directeur des règlements sur la sécurité de Facebook.

Dénoncé par l’ambassade

L’opération avait débuté en juillet, avec la création d’un compte Facebook au nom de Wilson Edwards, qui se présentait comme un biologiste suisse vivant à Berne. En quelques heures, des centaines d’autres comptes avaient été créés pour répercuter et amplifier les propose du faux Suisse.

L’opération avait été exposée en août. Dénonçant des «fake news», l’ambassade de Suisse à Pékin avait lancé avec ironie au prétendu biologiste suisse: «Si vous existez, nous aimerions vous rencontrer»…

Au final, Meta annonce avoir a désormais supprimé 524 comptes Facebook, 20 pages, 4 groupes ainsi que 86 comptes Instagram liés à cette opération.

Votre opinion