espionnage – La Chine parodie James Bond, le MI6 ironise
Publié

espionnageLa Chine parodie James Bond, le MI6 ironise

Les services secrets britanniques ont répondu à la vidéo chinoise d’un agent «0.07» tournant en dérision l’alliance Londres-Washington.

Le patron des services secrets britanniques a remercié ironiquement, jeudi, l’agence de presse Chine Nouvelle, pour sa «publicité gratuite», après la publication d’une vidéo parodique de James Bond tournant en dérision l’alliance Londres-Washington.

La réponse de Richard Moore, chef du renseignement extérieur britannique (MI6) intervient dans un contexte de tensions entre le Royaume-Uni et la Chine, au sujet des Ouïghours et de la reprise en main politique de Hong Kong.

Lors d’une rare allocution publique, il avait déclaré fin novembre que «s’adapter à un monde affecté par la montée en puissance de la Chine est la plus grande priorité» de ses services.

Le chef du MI6 accusait Pékin de «récolter des données du monde entier» et «d’user de son influence» pour «prendre des gens dans ses filets».

«James Pond»

En réponse, l’agence de presse officielle Chine Nouvelle a publié mardi sur Twitter (réseau social bloqué en Chine) une vidéo parodique intitulée «Mourir de rire peut attendre», en référence au titre du dernier film de l’agent 007.

Le clip de 4 minutes 35 en anglais montre deux acteurs chinois interprétant des agents du MI6: un homme en smoking appelé «James Pond» («Pond» signifie «Étang» en anglais) et une collègue en tailleur.

Dans cette vidéo truffée de rires enregistrés et filmée dans un château, le duo tourne en dérision les critiques occidentales sur la supposée menace chinoise.

Merci pour votre intérêt (et la publicité gratuite inattendue!)

Richard Moore, patron du MI6

Le patron du MI6 a également publié un lien vers son discours de novembre, où il accusait les agents chinois «d’exploiter la nature ouverte» de la société britannique «pour faciliter leurs opérations».

Dans la vidéo de Chine Nouvelle, les deux faux agents britanniques discutent d’un dossier listant les techniques d’espionnage chinoises… avant de comprendre qu’elles sont en fait celles de leur allié américain.

Insinuations chinoises

James Pond dénonce ensuite les critiques «pathétiques» du MI6 contre Pékin, une tactique utilisée selon lui «pour obtenir un gros budget l’an prochain».

Lors d’un appel avec la CIA, l’agent «0.07» apprend ensuite que son téléphone a été placé sur écoute… par son allié américain.

«Être l’ennemi de l’Amérique est dangereux. Mais être l’ami de l’Amérique est fatal», conclut Pond.

Le gouvernement britannique avait décidé en 2020 d’exclure l’équipementier chinois Huawei du réseau 5G, après des mises en garde américaines sur un potentiel espionnage de la part de Pékin.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires