21.05.2012 à 10:15

Médecine vétérinaireLa chirurgie esthétique pour animaux, nouvelle mode américaine

Implantation de faux testicules, lifting ou liposuccion. Après masques et brushing, les Américains font subir à leurs animaux à quatre pattes toutes sortes d'opérations et même des séances de tatouages.

Une entreprise de Kansas City s’est spécialisée dans l'implantation de faux testicules en silicone, pour les animaux châtrés afin d’aider l’animal «à garder son apparence naturelle et sa confiance en soi».

Une entreprise de Kansas City s’est spécialisée dans l'implantation de faux testicules en silicone, pour les animaux châtrés afin d’aider l’animal «à garder son apparence naturelle et sa confiance en soi».

YOUTUBE / NEUTICLESles

Propriétaires et animaux de compagnie finissent parfois par se ressembler. Certains Américains poussent à l’extrême cette recherche d’esthétique, offrant à leurs amis à quatre pattes des masques de beauté et même l’implantation de faux testicules.

Au Downtown Doghouse Spa de Manhattan, «Hops», un petit terrier maltais, vient ce jour-là d’avoir droit à un brushing, un masque à la myrtille, et un brossage de dents au dentifrice parfumé au poulet. La toiletteuse Ani Corless juge ça tout à fait normal. «Ce sont des races faites par l’homme, et elles ont besoin de soins», explique-t-elle.

Pendant la pose de son masque «Hops» vomit un peu, mais semble apprécier l’attention dont il fait l’objet. D’autres pratiques, plus extrêmes et douloureuses, ont cependant fait l’objet de critiques à New York.

Selon une élue de l’Etat, Nicole Malliotakis, certains animaux sont tatoués, se voient mettre des boucles d’oreille ou des anneaux dans les narines. D’autres subissent des opérations de chirurgie esthétique, lifting ou liposuccion.

Propriétaire de deux chihuahuas appelés «Peanut» et «Olympia», Nicole Malliotakis a proposé une loi pour interdire les opérations de chirurgie esthétique sur les animaux dans l’Etat de New York, dénonçant «une forme de cruauté». Je n’imaginerais pas imposer à mes chiens de telles opérations, explique-t-elle.

Taureaux, singes, rats

Mais Gregg Miller, fondateur d’une société appelée «Neuticles», estime que l’élue en fait trop. Son entreprise de Kansas City s’est spécialisée dans les faux testicules en silicone, pour les animaux châtrés afin d’aider l’animal «à garder son apparence naturelle et sa confiance en soi», commente son site internet.

«Nous avons traité plus de 500’000 animaux aux Etats-Unis et partout dans le monde -- chiens, chats, taureaux, singes, rats, buffles d’eau», énumère Gregg Miller. Les prix varient de 119 dollars pour une paire Xsmall, à 599 dollars, pour les plus imposantes (110 - 560 francs) .

Gregg Miller a eu l’idée de ce commerce en 1993 quand il a cherché à aider son chien à dépasser le «blues» de la castration. En général, les faux testicules sont implantés dès que les vrais sont enlevés.

Implant pour oreille

«Je l’ai fait à mes chiens, et je pense que c’est merveilleux», explique la vétérinaire du Maryland (est) Flavia DelMastro. Elle ne pense pas qu’un chien ou un chat castré y attache la moindre importance, mais elle estime que c’est bon pour leur santé.

Mais pour Tazi Phillips, de GlobalAnimal.org, «Neuticles» est «ridicule» et fait partie d’un anthropomorphisme ayant perdu la tête. Elle cite des implants pour que les oreilles restent droites, des dents arrachées pour éviter que l’animal mordille, des griffes enlevées pour éviter les rayures sur les meubles.

Membre de la famille «Tout cela vient du fait que les animaux sont considérés moins comme un bien, et plus comme un membre de la famille», souligne-t- elle. Les défenseurs de ces traitements jugent à l’inverse qu’ils témoignent de l’amour des maîtres envers leurs compagnons à pattes.

Selon l’American Pet Products Association (Association américaine des produits pour les animaux), le budget consacré aux «services» destinés aux animaux, dont le toilettage, pèse 4,1 milliards de dollars (3,8 milliards de francs). Et la tendance est à la hausse.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!