04.09.2020 à 18:33

JuraLa cigogne «Porrentruy» est complètement à l’ouest!

L’échassier équipé d’une balise a finalement choisi une route de migration qui ne passe pas par sa ville natale, dont elle porte le nom.

von
Vincent Donzé
Le point vert indique son lieu de départ, le 24 juin 2017, tandis que le rouge signale sa position le 3 septembre 2020.

Le point vert indique son lieu de départ, le 24 juin 2017, tandis que le rouge signale sa position le 3 septembre 2020.

Fondation des Marais de Damphreux.


Partie d’Allemagne où elle a passé l’été, la cigogne «Porrentruy» passe complètement à l’ouest de Porrentruy, sur le chemin du sud-ouest. À Miécourt (JU), le biologiste jurassien Michel Juillard suit sa migration postnuptiale depuis le jour où elle a quitté sa position la plus nordique, à Bornhöved, le 11 juillet dernier: «Porrentruy» a finalement choisi une route de migration qui ne passe pas par sa ville natale», regrette Michel Juillard.

Le biologiste est déçu de ne pas voir voler sa protégée dans le ciel jurassien. Depuis son envol de Porrentruy, le 24 juin 2017, Michel Juillard ne dispose que d’une photo floue de «Porrentruy»., prise à Nolette dans la Somme (F), près d’un camping où l’oiseau a niché dans un arbre sec.

«Pour rejoindre l’Espagne ou le Portugal, «Porrentruy» avait trois solutions», résume Michel Juillard. Elle pouvait longer la côte atlantique, comme à l’aller, ou passer par la vallée du Rhin et celle du Rhône en survolant la ville de Porrentruy. Las! La cigogne ajoulote s’est jointe aux cigognes allemandes pour passer au sud de Paris en visant le Lac du Der, haut lieu de migration pour les cigognes blanches et les grues cendrées.

Voie intermédiaire

Les derniers signaux de sa balise ne laissent planer aucun doute: «Nous constatons qu’elle a choisi la voie intermédiaire en passant par le sud de la Belgique et le Lac du Der», confirme Michel Juillard. Le 3 septembre dernier, «Porrentruy» passait la nuit non loin de la ville de Troyes, à moins de 300 km à l’ouest de la cité qui l’a vu naître.

La migration se poursuit et Michel Juillard fait contre mauvaise fortune bon cœur: «Elle nous apporte chaque jour de nouvelles informations scientifiques sur l’orientation de sa migration, le choix de ses zones d’arrêt, les lieux où elle se nourrit et où elle dort, ainsi que les distances qu’elle parcourt chaque jour».

À gauche ou à droite? Impossible à déterminer sur la seule photo disponible, prise d’un camping, dans la Somme (F).

À gauche ou à droite? Impossible à déterminer sur la seule photo disponible, prise d’un camping, dans la Somme (F).

Fondation des Marais de Damphreux

Nouvelle question posée par Michel Juillard: «Rejoindra-t-elle la côte atlantique pour rejoindre le Portugal ou la vallée du Rhône pour se rendre en Espagne?». Les paris sont ouverts.

Un mystère subsiste: mâle ou femelle? Michel Juillard n’a pas de certitude, mais sa cigogne s’étant déplacé en quête de nourriture, au contraire d’une femelle qui reste plus volontiers au nid, le biologiste a parié sur le sexe masculin.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
19 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Closdu

05.09.2020 à 21:32

3 cigognes de passage en juin sur les hauteur du clos du doubs !! Une premières pour moi en 30 ans!!

Orni Thologue

05.09.2020 à 16:45

Il y a un oiseau orange à crête jaune qui est complètement à l’ouest aussi, mais impossible de commenter. En Suisse on dirait qu’il est souvent sur Soleure. Pour les ornithologues avertis, il s’agit de (censuré)

Michel Gasser

05.09.2020 à 12:44

Pas folle la cigogne ! Voyant arriver l'initiative de limitation, elle a soigneusement contourné le territoire de la Confédération ! :-))