Jura – La cigogne Porrentruy ravit son père adoptif
Publié

JuraLa cigogne Porrentruy ravit son père adoptif

Le biologiste jurassien Michel Juillard est aux anges, après avoir reçu deux clichés de sa protégée.

par
Vincent Donzé
Porrentruy photographiée près de Madrid, avec sa balise…

Porrentruy photographiée près de Madrid, avec sa balise…

DR

L’ancien député jurassien Michel Juillard est un biologiste heureux. Ce qui suffit à son bonheur? Deux clichés de «sa» cigogne blanche Porrentruy, photographiée le 17 octobre dernier. L’échassier a été observé par une ornithologue espagnole sur une île proche de la lagune de La Vega del Porcal, au sud-est de Madrid.

«Porrentruy se trouvait dans un groupe de 175 cigognes. Elle se reposait et se lissait les plumes», rapporte Michel Juillard, en extase devant les images prises par Elena del Val del Olmo et transmises par son collègue allemand Gert Dahms.

Porrentruy a été identifiée grâce à sa bague HES SH 824, visible sur une photo numérique. «Elle est extraordinaire à plus d’un titre», s’exclame Michel Juillard. «Non seulement elle nous fait voyager avec elle en nous indiquant ses voies de migration, ses lieux de repos et de nourrissage, mais elle nous permet de communiquer avec d’autres ornithologues à travers toute l’Europe», note le biologiste.

«Cette cigogne est devenue célèbre et fait parler de la ville de Porrentruy bien au-delà de nos frontières. Nous ne pouvons que nous en réjouir», affirme Michel Juillard, même si ses migrations n’ont jamais fait passer l’oiseau dans sa ville natale.

…et sa bague, qui prouve l’identité de la cigogne.

…et sa bague, qui prouve l’identité de la cigogne.

DR

Quatre ans après l’envol de l’échassier, le 24 juin 2017, un premier cliché de bonne qualité a été pris ce printemps en Basse-Saxe, à l’ouest de Hambourg. Sur ce cliché, l’antenne de la balise dépassait du plumage dorsal. Au début de cet été, Porrentruy a élevé deux cigogneaux, après l’échec d’une première nidification.

Votre opinion