Publié

Libre circulationLa «clause de sauvegarde» attire toutes les foudres

L'UE n'est pas la seule «déçue» par la décision du Conseil fédéral de limiter l'immigration des pays de l'est de l'Europe. Les paysans suisses le sont aussi, eux qui paieront l'essentiel de la facture.

par
Marc-Henri Jobin
La décision du gouvernement va entraîner une hausse des coûts dans l'agriculture, déplore l'Union suisse des paysans

La décision du gouvernement va entraîner une hausse des coûts dans l'agriculture, déplore l'Union suisse des paysans

Keystone

Les fronts politiques ont tourné à l'orage dès que Simonetta Sommaruga a fait part de la décision du Conseil fédéral de réduire de 6'000 à 2'000 le nombre d'immigrants admis en provenance de huit pays de l'Est de l'Europe. L'Union européenne n'est la seule fâchée: les paysans ont le sentiment de servir de bouc émissaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!